Résultats 2024 T1 : Allianz profite de l’accalmie sur le front des climatiques

Des drapeaux Allianz
Des drapeaux Allianz

Allianz annonce un bénéfice net part du groupe de 2,48 milliards d’euros au premier trimestre, peu affecté par les catastrophes naturelles, en hausse de 21,8% sur un an. L’assureur confirme ses objectifs annuels.

Le bénéfice d’exploitation a dépassé les attentes des analystes, à 3,99 milliards d’euros, soit une hausse annuelle de 6,8% grâce aux branches dommages et gestion d’actifs. Cet indicateur clé doit toujours atteindre 14,8 milliards d’euros sur l’année, à plus ou moins un milliard d’euros près, a-t-il précisé. Le chiffre d’affaires du leader européen devant le français Axa a totalisé 48,4 milliards d’euros à fin mars, en hausse annuelle de 5,3%.

Les ventes dans la branche dommages (+5,7%) ont été tirées par les prix. Celles dans l’assurance vie et la santé (+4,9%) par la dynamique des marchés aux Etats-Unis et en Italie. Dans la gestion d’actifs (+4,7%), les commissions ont été plus élevées. Et les actifs sous mandat de gestion ont augmenté de 71 milliards par rapport à fin 2023, à 1.784 milliards d’euros. Les remboursements liés aux catastrophes naturelles, à 65 millions d’euros, ont été “bénins” sur le trimestre écoulé, selon Allianz, en reposant principalement sur les inondations en Australie et les tempêtes hivernales de février en Europe. Le ratio combiné dans la branche dommages affiche par conséquent 91,9%. Un chiffre comparable à l’an dernier.

Résultats opérationnels en berne en France

La France suit globalement la tendance du groupe. Sur la branche dommages, l’activité dans l’Hexagone grimpe de 5,3% à 1.590M d’euros. La compagnie précise que cette croissance concerne essentiellement le risque du particulier. Elle est par ailleurs portée par « un effet prix positif ». Le marché français fait d’ailleurs mieux que le groupe en termes de ratio combiné. Ce dernier baisse de 0,4 point pour s’établir à 90,3% au 31 mars dernier. En revanche, le résultat opérationnel en dommages recule de 7% à 140M d’euros.

Sur la branche vie, la CSM normalisé, c’est-à-dire incluant la CSM des nouvelles affaires et la libération de la CSM sur le trimestre, grimpe de 3,9%. Pour rappel, dans le cadre d’IFRS 17, la Marge de service contractuelle (CSM), représente les bénéfices attendus par l’assureur sur ses contrats d’assurance. Et ce sur toute la durée de ces derniers. En résumé, il s’agit d’une forme de réserve de profits. Pour Allianz en France elle s’établissait à 4,2Mds d’euros au 31 mars dernier.

En revanche, comme en assurance dommages, le résultat opérationnel sur le segment vie trébuche de 14,5% à 146M d’euros.

Avec Agence

Que pensez-vous du sujet ?