Résultats 2019 T1 : Chiffre d’affaires en hausse pour Axa

Le chiffre d’affaires du groupe d’assurances Axa a progressé au premier trimestre, porté tout particulièrement par la bonne santé de sa nouvelle division Axa XL, axée notamment sur les grandes entreprises, et de ses activités en Europe.

Sur les trois premiers mois de l’année, le groupe a enregistré un chiffre d’affaires d’environ 35 milliards d’euros, selon un communiqué publié jeudi. Ce faisant, le chiffre d’affaires du groupe affiche un bond de plus de 13%.

Cette progression fulgurante est toutefois en trompe-l’œil : elle ne tient pas compte des effets de changes – liés notamment à la baisse du dollar – ni surtout de l’intégration de l’assureur bermudien XL, racheté par Axa courant 2018 pour 12 milliards d’euros. Corrigé de l’évolution des monnaies et en comptabilisant la performance réalisée par XL au premier trimestre 2018, le groupe s’offre un chiffre d’affaires en hausse de 3%.

“Axa a de nouveau réalisé une bonne croissance de son activité au cours du premier trimestre 2019, notamment grâce au dynamisme de ses segments cibles”, à savoir la santé, la prévoyance et l’assurance dommage des entreprises, a mis en avant Gérald Harlin, le directeur financier du groupe Axa, lors d’une téléconférence de presse.

Dans le détail, la nouvelle division Axa XL a vu son chiffre d’affaires s’envoler de 7%, porté par les affaires en assurance dommages et de spécialités, qui ont compensé partiellement une contraction de l’activité de réassurance dommages.

“L’environnement tarifaire a continué d’évoluer de façon favorable au cours du trimestre et nous observons un renforcement de cette tendance pour la plupart des branches d’Axa”, s’est notamment félicité M. Harlin. En Europe, autre moteur de la croissance, l’activité a été portée par la bonne tenue principalement de l’assurance dommages des entreprises, mais
également des assurances en santé, vie, épargne et retraite.

En France, toutefois, le chiffre d’affaires a baissé de 2%, lesté par une baisse de l’activité d’assurance vie en unité de compte, ces supports potentiellement plus rémunérateurs, mais plus risqués qui ont fait les frais de turbulences sur les marchés en fin d’année 2018.
Ailleurs le chiffre d’affaires a prospéré en Asie et aux États-Unis, soutenu par la plupart des lignes métiers.