Résultats 2018 T3 : Bénéfice net en hausse pour Allianz

Could not resolve host: public.newsharecounts.com; Name or service not known

L’assureur allemand Allianz a confirmé vendredi ses prévisions annuelles après avoir dégagé au troisième trimestre des résultats en hausse, portés par le recul des remboursements liés aux catastrophes naturelles.

Le groupe de Munich a vu son bénéfice net progresser entre juin et septembre de 15% à 1,9 milliard d’euros, tandis que son bénéfice opérationnel gagnait 20,6% à 2,9 milliards d’euros et ses recettes 1,9% à 30,5 milliards d’euros.

Ces chiffres sont légèrement supérieurs aux attentes des analystes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset, qui tablaient sur un chiffre d’affaires de 26,9 milliards et un bénéfice opérationnel de 2,8 milliards.

Sur le plan opérationnel, la branche assurance-vie est restée la première contributrice malgré le léger recul de son résultat (-1,6%), la gestion d’actifs a progressé de 10,6% et la branche dommages a bondi de 44,6%, portée par la hausse des primes et le recul des remboursements. Allianz a constaté le retour “à un niveau normal” des coûts liés aux
catastrophes naturelles, principale variable du secteur, alors qu’ils avaient nettement dégradé le bilan du troisième trimestre de l’année précédente. Le discours de l’assureur contraste avec celui du géant allemand de la réassurance Munich Re, qui avait expliqué mercredi avoir beaucoup souffert de la saison des tempêtes aux États-Unis comme au Japon.

Mais chez Allianz, le ratio combiné de la branche dommages, un indicateur clé qui rapporte frais de gestion et remboursements au montant des primes encaissées, a reculé de 3,8 points pour s’établir à 93,1%. Le groupe de Munich atteint ainsi son objectif de voir descendre ce chiffre sous les 94% “d’ici la fin de l’année”, et s’éloigne du seuil de 100% à partir duquel un assureur commence à perdre de l’argent.

Pour l’ensemble de l’exercice, Allianz confirme son objectif d’un bénéfice opérationnel de 11,1 milliards d’euros, avec une marge à la hausse ou à la baisse de 500 millions en fonction des événements, crises ou catastrophes naturelles. Sur les neuf premiers mois de l’année, ce résultat s’est déjà établi à 8,7 milliards d’euros, en progression de 4,8% sur un an.