Résultats 2017 S1 : Prudential double son bénéfice net

L’assureur britannique Prudential a publié un bénéfice net plus que doublé au premier semestre à 1,5 milliards de livres (1,7 milliard d’euros) et a annoncé le regroupement de ses activités britanniques sous une même entité.

Le groupe restructure ses différentes activités au Royaume-Uni, en particulier dans la gestion d’actifs, au moment où ces dernières sont à la peine par rapport aux performances de l’Asie et des Etats-Unis. Le dynamisme de ces régions explique d’ailleurs en partie le bond des profits de Prudential sur le semestre. L’assureur a décidé de regrouper sa filiale de gestion d’actifs M&G et ses activités d’assurance vie Prudential UK & Europe, afin de créer un groupe plus cohérent dans l’épargne et les services d’investissement au Royaume-Uni.

Cette décision intervient en outre au moment où le métier de la gestion d’actifs est moins rémunérateur que par le passe compte tenu de la faiblesse des taux d’intérêt dans le monde et de la concurrence de produits bon marché se contentant de répliquer le mouvement d’indices ou de paniers d’actions. Les activités combinées, qui porteront le nom de M&G Prudential, posséderont des encours sous gestion de 332 milliards de livres avec 6 millions de clients au Royaume-Uni et à l’international. La presse britannique a évoqué récemment un possible projet de cession par Prudential de ses activités dans le pays afin de se concentrer sur des régions plus porteuses. Cette annonce sur la création d’une nouvelle entité pourrait ne faire qu’alimenter ces spéculations.

Le directeur général du groupe, Mike Wells, explique dans un communiqué que le regroupement de ces activités « nous permettra d’augmenter nos perspectives de croissance et de fournir de meilleurs résultats pour nos millions de clients ». Pour Nicholas Hyett, analyste chez Hargreaves Lansdown, « il y a eu des spéculations depuis un moment sur le fait que Prudential pourrait séparer ses activités britanniques matures de ses opérations américaines et asiatiques en croissance ». Par conséquent, selon lui, même s »il n’est pas impératif de se débarrasser des activités britanniques, la décision du jour ne rendrait les choses que plus simples ». Par ailleurs, les résultats du premier semestre de Prudential ont été bien meilleurs qu’un an auparavant, grâce à une rentabilité en hausse en Asie et aux Etats-Unis.

L’assureur a également profité de moindres charges liées à ses produits de couverture utilisés pour se protéger contre les mouvements défavorables du marché. Ces charges se sont élevées à 573 millions de livres contre près de 1,6 milliard au premier semestre de 2016.