Résultats 2017 : Une année de choc pour CCR

Logo de CCR

CCR a publié des résultats pour 2017 en retrait par rapport à 2016. La raison invoquée est évidemment la coût des sinistres en catastrophes naturelles, dont Irma, « l’évènement le plus couteux depuis la création du régime cat nat ».

En 2017, le groupe CCR a encaissé 1.288M d’euros de primes brutes, contre 1.315 en 2016. Mais la plus forte évolution est à chercher du côté des charge de sinistres. Elle passe de 1.101M d’euros en 2016 à 2.037M d’euros, soit une hausse de 85%. « Le coût total des sinistres pour 2017 s’élève à près de 2,2 milliards d’euros. Il a été en grande partie amorti par la liquidation positive des exercices antérieurs, et surtout par une reprise de plus de 1,1 milliard d’euros sur la provision pour égalisation constituée à cet effet », indique le réassureur dans un communiqué. Les provisions pour égalisation diminuent en effet de 3.042Mds d’euros en 2016 à 1.946Mds d’euros.
En conséquence, le ratio combiné non-vie se dégrade de 3,2 points à 93,1%.

Malgré la sinistralité exceptionnelle de 2017, CCR affirme pouvoir faire face à une catastrophe naturelle de 4,5Mds d’euros sans recourir à la garantie de l’Etat.

Le résultat net chute quant à lui de 68% à 45M d’euros.

CCR Re en avance sur son plan de marche

Pour CCR Re, la filiale de réassurance privée de CCR, la tendance est inverse. Le groupe est en avance d’un an sur son plan de marche avec un chiffre d’affaires de 396M d’euros pour un résultat avant impôt de 26M d’euros, contre 21M d’euros en 2016. Le ratio combiné s’établit à 73% et le ratio de solvabilité à 190%.

« Dans une année qui a mis à l’épreuve l’industrie mondiale de la réassurance, le Groupe CCR a apporté la preuve de la robustesse et la pertinence de son modèle économique, au service notamment des français et des territoires de la République fortement exposés aux risques naturels », a commenté Pierre Blayau, président du conseil d’administration du groupe CCR.