Résultats 2015 : Net repli du résultat opérationnel de SPB

SPB a connu une année 2015 compliquée. Malgré la hausse de son chiffre d’affaires, le résultat opérationnel a décroché bien en deçà des attentes de l’intermédiaire.

SPB visait un résulta opérationnel de 10M d’euros pour 2015. Il s’établit finalement à 3,8M d’euros en chute de 62% par rapport aux 10,2M d’euros de 2014. Un chiffre qui s’explique par « la très forte poussée du nombre de sinistres gérés : +300.000 sur un an à 1,32M », détaille Jean-Marie Guian, président du courtier.

Un niveau qui s’apparenterait à un pic à en croire Jean-Marie Guian, puisque ce dernier mise sur un résultat opérationnel de 7M d’euros pour 2016 et un chiffre d’affaires de 300M d’euros contre 278M d’euros réalisés en 2015.

En 2016, SPB vise les professionnels. « Nous allons chercher la clientèle B to B. C’est un focus stratégique fort envers une clientèle moins négligente, mais plus exigeante », souligne le président du courtier. Dans le viseur, les conciergeries, les comités d’entreprises, les professions libérales, ou encore les collectivités comme les maisons de retraite et les hôpitaux. Une application Remaker, nichée dans un premier temps dans l’offre de services Point Services Mobiles va être lancée en priorité à l’attention des professionnels. Il s’agit d’une application de mise en relation des clients avec des techniciens certifiés pour la réparation des tablettes ou smartphones. L’ambition est de devenir « le Uber de la réparation d’appareils mobiles pour les entreprises », précise Jean-Marie Guian.

I s’agit également pour l’exercice en cours de restaurer les marges. « Nous avons été trop sympas. Nous allons vers une approche commerciale plus dure ». Cela passe notamment par une renégociation sur la répartition des marges entre fournisseur, distributeur et SPB.

Pour retrouver du résultat, le courtier mise également sur le digital à travers la déclaration de sinistres en lignes et son programme « Gestion Proactive des Sinistres ». Un outil qui permet l’envoi de notification à l’assuré en temps réel par mail ou par téléphone. « Mieux informés, les clients sont plus satisfaits et sollicitent moins les plateformes téléphonique », affirme Jean-Marie Guian.

SPB envisage enfin de faire une pause sur la croissance externe le temps de consolider les opérations réalisées ces dernières années.