Résultats 2020 : Impacté par la crise, SPB redéfinit sa vision stratégique

L'immeuble de SPB au Havre

Impacté par la crise Covid, SPB a vu son chiffre d’affaires et son excédent brut d’exploitation baisser sur l’exercice 2020. Engagé sur un nouveau plan stratégique 2023, le courtier se positionne désormais comme spécialiste de l’assurance embarquée.

2020 a été une année « agitée » pour le groupe SPB. Impacté par la crise sanitaire, le courtier a dû engager un plan d’économie de 12M d’euros, la rationalisation de ses implantations et la suppression de 230 postes, dont la moitié en France. « La période a été compliquée et douloureuse », a commenté Jean-Marie Guian, le président du groupe lors d’une conférence de presse.

De facto, SPB enregistre sur l’exercice une baisse de 15% de son chiffre d’affaires à 168,2M d’euros ainsi qu’une baisse de de son excédent brut d’exploitation à 4M d’euros (contre 9,5M d’euros en 2019). « Notre plan d’économie commence à porter ses fruits. En mars dernier, nous anticipions un excédent brut à zéro, voire négatif, mais nous avons réussi à imiter la casse », indique Jean-Marie Guian avant de poursuivre : « l’international nous a permis d’amortir la crise ». A fin 2020, les activités du courtier à l’étranger représente 42% du CA. Côté business, les activités d’assurances représentent 52% du chiffre d’affaires du groupe havrais contre 48% pour les activités de service.

« Altitude 2023 »

Pour rebondir, SPB annonce avoir engagé un nouveau plan stratégique baptisé « Altitude 2023 », à travers lequel il souhaite redéfinir sa vision et son positionnement sur le marché. Le courtier, qui s’est doté d’une raison d’être*, souhaite se positionner sur les assurances et services du quotidien. Désormais, SPB ne veut plus être identifié comme un spécialiste de l’affinitaire mais de l’assurance embarquée. « L’affinitaire est aujourd’hui devenue une notion très large que tout le monde utilise et on ne s’y se retrouvait plus. L’assurance embarquée est une notion plus fine et plus adaptée à nos activités et elle va porter la croissance du groupe dans les années », poursuit le président du courtier. Pour ce faire, SPB veut notamment s’appuyer sur des plateformes de distribution avec des offres d’assurance intégrées et hyperspécialisées, avec des modalités de gestion instantanées.

En parallèle, le groupe veut intensifier sa stratégie autour de l’économie circulaire, notamment à travers ses activités de réparations, de conditionnement et de recyclage rassemblées sous la marque Save. SPB s’appuie sur 300 points de vente, 7 centres techniques et travaille avec les principaux fabricants de smartphone du marché (Huawei, Samsung, Xiaomi et Apple). « Grâce aux 600.000 appareils que nous réparons chaque année, nous évitons le rejet de 42.000 tonnes de CO2 », précise le dirigeant du courtier.

Rester indépendant

En dépit de cet exercice 2020 complexe, le courtier se projette sur 2021 et demeure confiant dans l’atteinte de ses objectifs. « Nous sommes très dépendants du contexte sanitaire et des éventuels reconfinements qui pèsent sur l’ouverture de nos boutiques et le pouvoir d’achat des consommateurs. Pour autant, nous tablons sur un rebond de 11% de notre chiffre d’affaires à 187M d’euros et un retour de notre excédent brut d’exploitation au niveau de 2019 (à 9,7M d’euros) », explique Jean-Marie Guian.

Le dirigeant indique également être à l’affût d’opérations de croissance externes, plutôt à horizon 2022. « La crise a fragilisé un certain nombre d’acteurs, ce qui va nous donner des opportunités. Mais nous resterons sélectifs dans notre approche en restant sur de petites et moyennes cibles qui s’intègrent parfaitement dans le parcours de SPB. Nous avons les moyens de continuer notre développement en toute indépendance ».

Côté investissements, le courtier havrais explique avoir prévu un budget de dépenses informatique de 3 à 4M d’euros par an, notamment pour accompagner la plateformisation et l’APIsation de ses offres. SPB souhaite enfin poursuivre sa diversification à l’international, notamment en Scandinavie ou dans les balkans.

* Protéger et assister les consommateurs au quotidien avec des services innovants, utiles et simples

AÉSIO

AÉSIO mutuelle, deuxième acteur mutualiste de France spécialisé dans la protection de la personne, couvre les besoins en complémentaire santé de 2,7 millions d’adhérents sur l’ensemble du territoire. Fort de cet ancrage local, AÉSIO mutuelle agit au plus près des besoins de ses partenaires courtiers, à la performance des entreprises, au bien-être des salariés et des travailleurs non-salariés, en proposant des solutions et un accompagnement adaptés à tous les moments de vie (couverture santé, prévention santé globale, accès aux soins, prévoyance...) en résonance avec sa signature de marque :« Décidons ensemble de vivre mieux ».

En janvier 2021 est né de la co-construction avec la MACIF, d’une alliance mutualiste de protection : AÉMA groupe.

Contacter AÉSIO


Que pensez-vous du sujet ?