Résultats 2014 : Swiss Life France franchit le cap des 4 Mds d’euros de chiffre d’affaires

Résultats en hausse de 13 % et développement rentable pour la filiale française de Swiss Life.

« Nous avons réalisé une très bonne année 2014, en privilégiant la profitabilité avant les volumes et en améliorant notre marge technique et financière », déclare Charles Relecom, président de Swiss Life France, en présentant les résultats de la société.

Dans le contexte de taux d’intérêt très faibles et d’environnement réglementaire instable, Swiss Life poursuit un développement rentable avec un chiffre d’affaires qui a crû de 10 % à 4,16 Mds d’euros et un résultat opérationnel en hausse de 13 % à 178 M€. « A ces niveaux de croissance, notre progression est supérieure à celle du marché. Le choix de notre modèle stratégique d’assureur gestion privée, basé sur l’assurance vie et dommage, la banque privée, la gestion financière, la multidistribution et la maîtrise des coûts porte ses fruits », poursuit-il.

Cette croissance est tirée par l’assurance-vie, caractérisée par « la qualité des affaires ». Le chiffre d’affaires à 2,5 Mds d’euros augmente de 17 % et la collecte nette s’élève à 1 Md€ avec une part de primes en unités de compte qui atteint 41 %. « Nous poursuivons notre stratégie de positionnement sur la cible des clients patrimoniaux et professionnels, qui détient 45 % dans nos encours, et des partenariats avec des banques privées », indique Eric Le Baron, directeur général de Swiss Life Assurance et Patrimoine.

Par ailleurs Swiss Life Banque Privée enregistre un fort développement avec un Produit net bancaire à 45 M d’euros et des actifs sous gestion qui atteignent 4,4 Md€.

En santé prévoyance, le chiffre d’affaires est stable à 1,3 Md d’euros, mais l’enjeu de Swiss Life a été de prendre le virage de l’assurance collective (+ 5 %) et de lancer une nouvelle offre compatible avec l’ANI pour les salariés et les dirigeants dès la fin 2014. « Nous souhaitons devenir un opérateur significatif sur la santé et avec nos réseaux nous sommes prêts à investir ce nouveau marché », précise Pierre François, directeur général de Swiss Life Santé Prévoyance. Enfin, le secteur du dommage, considéré comme une activité de complément et de fidélisation, progresse de 2 % et permet d’accompagner les TPE et les PME sur l’ensemble de leurs risques.

« Ces résultats nous permettent d’aborder dans de bonnes conditions les enjeux et les objectifs des années à venir », se réjouit Charles Relecom.

Retrouvez les résultats du secteur par société dans notre tableau interactif.