Résultats 2011 : La Maaf performe en assurance-vie mais essuie un revers en santé

Avec un résultat net en légère progression, la Maaf affiche une croissance IARD identique à celle du marché en France grâce à de meilleurs équilibres techniques, tandis que sa collecte en épargne franchit le cap du milliard d’euros. L’activité santé néanmoins, tombe dans le rouge.

Avec un résultat net de 162M d’euros en 2011 contre 134 en 2010, la Maaf affiche également un chiffre d’affaires en hausse de 5,3% à 4,2Mds d’euros. Une progression soutenue par l’activité vie, qui, à plus de 1Md d’euros, augmente de 14,7%, lorsque l’ensemble du marché a fléchi de 14%. Un phénomène qui s’explique par la rémunération du contrat à 4,11% en 2010 et surtout la jeunesse du portefeuille, souvent inférieur à 8 ans. En positif toute l’année 2011 malgré les chiffres négatifs sur le reste du marché, Maaf a néanmoins fini par enregistrer une collecte négative aux mois de février et mars 2012.

Du côté des activités historiques IARD, la progression est de 2,4% à 3,1Mds d’euros, l’auto restant la part la plus importante à 1,5Mds d’euros, en progression de 4,4%. L’habitation croît de 6,6% à 561M d’euros, les professionnels et entreprises de 0,4% à 441M d’euros. Néanmoins, Étienne Couturier, directeur général délégué a reconnu que « le chiffre d’affaires en auto est en faible croissance, et ce n’est pas la première année. Les cotisations n’augmentent plus, le marché se contracte ».

La branche assurance de personnes en progression, sauf en santé

« Les orientations stratégiques de la Maaf ont donc été de se tourner vers des marchés plus porteurs en assurance de personne : santé, prévoyance, épargne. Des marchés sur lesquels nous avons progressé de 38,6% en quatre ans, soit 6,8 points », a ajouté M. Couturier. Si la prévoyance et l’épargne croissent respectivement de 0,4% et 2,7%, la Maaf subit néanmoins un revers en santé, de -0,7%. L’assureur compte néanmoins re-dynamiser cette dernière avec un nouveau produit prévu pour 2013. « Il a fallu former les réseaux pour l’acquisition de compétences dans ces  nouveaux métiers », rappelle Etienne Couturier.

Au niveau de la Sgam Covéa, aux côtés de GMF et MMA, la MAAF a développé des coopérations destinées à réduire les coûts dans les domaines de l’immobilier, la réassurance, les achats, l’assistance avec Fidelia. La Maaf a également adhéré à l’APGIS, institution de prévoyance, et cible les fleuristes, poissionniers et agents immobiliers. Un produit en santé collective pour les TPE est en projet. Pour 2012, l’assureur poursuit sa mobilisation en assurance de personne,  en espérance retrouver une évolution positive en santé.

La Maaf confirme sa solidité

La Maaf confirme sa solidité avec qu’un ratio de solvabilité de 362%. Le ratio combiné s’établit à 98% contre 102,4% en 2010, au bénéfice d’une sinistralité favorable ainsi que d’une maîtrise des frais généraux. A 2 668M, les fonds propres progressent de 6,6%. Avec 4,1 millions de sociétaires, en hausse de 1,7% et 591 points de vente, la Maaf a renforcé ses équipes afin de développer des plateformes téléphoniques destinées à répondre aux sollicitations sur Internet.

Des cessions stratégiques

Du côté des actifs, le gâteau se compose de 82% de taux, 15% d’actions et 3% d’immobilier. Deux faits marquants, avec des cessions immobilières stratégiques. Celle d’un immeuble situé à Montparnasse (différent de celui où loge la Maaf) mais aussi d’agences dont l’assureur était propriétaire (un tiers). Profitant d’un marché immobilier porteur, la Maaf a ainsi bénéficié de 136M de plus-values nettes. Du côté des obligations, l’assureur a réalisé des ventes sur la quasi-totalité de ses positions en Espagne, ainsi que sur celles en Italie ou au Portugal.