Prudential : Discussions entre direction et actionnaires, sans Tidjane Thiam

Des actionnaires de l’assureur britannique Prudential ont rencontré cette semaine le président et le premier administrateur indépendant du groupe pour discuter de l’avenir de la direction, sans le directeur général Tidjane Thiam, a remarqué vendredi le Times.

Selon le journal, M. Thiam “a été tenu à l’écart” de ces discussions entre les actionnaires et le président Harvey McGrath, accompagné de l’administrateur James Ross, alors qu’un nombre croissant d’investisseurs appellent à son départ après l’échec du rachat à 35,5 milliards de dollars de la branche asiatique de l’américain AIG.

Interrogé vendredi par l’AFP, Prudential a indiqué que sa position sur le soutien unanime du conseil d’administration et des principaux actionnaires à M. Thiam et à M. McGrath n’avait pas varié, sans commenter les détails de l’article.

Le journal indique que les actionnaires qu’il a interrogés lui ont tous dit que “des têtes devaient tomber” chez Prudential, sans s’accorder sur lequel des principaux dirigeants devait partir en premier.

La presse cite l’ancien secrétaire d’Etat à la City du gouvernement travailliste, Lord Myners, pour le remplacement de M. McGrath, et le patron de la branche d’investissement de Prudential, M&G, Michael McLintock, pour celui de M. Thiam, voire son prédécesseur Mark Tucker.

Le journal cite un actionnaire qui établit une comparaison entre la situation à Prudential et celle à Royal Bank of Scotland au moment de la crise financière : “Quand on allait voir le directeur général (Fred Goodwin) il disait que le président faisait un super-boulot et ne devrait pas partir. Quand on allait voir le président (Tom McKillop) il disait que le directeur général était prodigieux et devait rester et quand on allait voir le premier administrateur indépendant (Bob Scott) il disait que les deux autres étaient fabuleux et ne devraient pas s’en aller”.

Finalement ils sont partis tous les trois, remarque le Times.

Londres, 11 juin 2010 (AFP)