Notation : Moody’s abaisse de deux crans la note du bancassureur belge KBC

L’agence de notation Moody’s Investors Service a abaissé vendredi de deux crans la note du bancassureur belge KBC, invoquant entre autres « la détérioration de l’environnement macroéconomique européen » qui pèse sur son activité bancaire très exposée en Irlande et en Hongrie.

La note sur la dette à long terme de la banque KBC a été baissée à A3 contre A1 auparavant, et par conséquent celle du groupe KBC a été ramenée à Baa1, contre A2 auparavant.

Moody’s a assorti ces notes d’une perspective stable, signifiant ainsi qu’elle n’entend plus les modifier à court terme.

L’agence souligne « la sensibilité élevée de KBC Bank à la détérioration de l’environnement macroéconomique européen, en raison de ses expositions à des marchés connaissant beaucoup de tensions, notamment l’Irlande et la Hongrie ».

Elle estime que les pertes liées à ces expositions vont continuer à peser sur les bénéfices de la banque.

KBC, frappé de plein fouet par la crise des subprimes, avait dû avoir recours à des aides publiques à trois reprises entre 2007 et 2009.

Le plan européen prévoit que le groupe rembourse 4,7Mds d’euros d’aides publiques (avant pénalités) d’ici fin 2013, avait précisé son patron Johan Thijs le mois dernier.

Parallèlement à sa décision sur KBC, Moody’s a retiré la note maximale Aaa qu’elle octroyait jusqu’ici au groupe public luxembourgeois Banque et Caisse d’Epargne de l’Etat (BCEE). Sa note à long terme a été dégradée d’un cran à Aa1, avec une perspective stable.

Moody’s relève la « vulnérabilité » de la banque à la détérioration de l’environnement opérationnel en Europe, qui pourrait affecter la qualité de ses actifs. Mais l’agence souligne que sa position en termes de liquidités est l’une des plus fortes parmi les banques européennes, et qu’elle bénéficierait en cas de problème d’un important soutien du Grand-Duché.

PARIS, 15 juin 2012 (AFP)