Nicolas Gomart : « Je suis serein pour l’avenir »

INTERVIEW – Nicolas Gomart, directeur général du groupe Matmut revient sur le rapprochement manqué entre la mutuelle rouennaise et AG2R La Mondiale.

Comment avez-vous appris la décision des conseils d’administration de la Mondiale et de la sommitale ?

J’ai pris connaissance des intentions et des décisions, notamment me concernant, directement lors des conseils d’administration. Je n’avais été informé en aucune façon du contenu précis de ces deux réunions qui avaient été convoquées de façon extraordinaire.

Imaginiez-vous que ces convocations extraordinaires pouvaient concerner une procédure de divorce ?

Traditionnellement, lors de rapprochements, il y a des discussions qui sont légitimes et que nous menons entre nous. Mais de là à penser que cela amène à une décision aussi soudaine et aussi lourde de conséquence, il y a un pas que j’avoue ne pas avoir franchi.

Quels éléments ont conduit à la fin du regroupement AG2R La Mondiale Matmut ?

Qu’il y ait une différence de culture d’entreprise c’est une réalité. Et je souscris à ce qui a été dit sur ce sujet. Cela reste intangible. Mais AG2R La Mondiale est un groupe qui s’est constitué progressivement autour d’entités qui se sont rapprochées. C’est un bel ensemble. La Matmut est plus endogène. Notre maison s’est construite essentiellement de manière organique, avec un sentiment d’appartenance extrêmement fort de nos salariés. Le mariage d’un modèle ouvert à un modèle centré sur une histoire unique s’est révélé plus compliqué.

Dans quel état d’esprit êtes-vous vis-à-vis de ce rapprochement manqué ?

Je suis serein face à l’avenir, car la Matmut va bien. Elle n’avait pas besoin de ce rapprochement pour vivre. C’était finalement deux groupes en bonne santé qui se rapprochaient. Depuis 18 mois nous avons poursuivi notre croissance et nos résultats ont été salués unanimement. Nous avons tous les éléments en mains pour continuer notre route de manière favorable. Nous trouverons très certainement des relais pour compenser ce que nous envisagions de faire avec AG2R La Mondiale.

Êtes-vous allé trop vite dans le processus de rapprochement ?

Je ne pense pas. La lenteur est aussi susceptible de créer des problèmes. Si c’était à refaire, je le referais dans le même tempo.

Quelles sont les prochaines étapes ?

Nous sommes dans une phase où nous avons appris, non sans une certaine surprise, la décision d’AG2R La Mondiale d’engager une procédure de divorce. Nous avons acté cette décision et nous allons entamer un processus de détricotage de ce que nous avions mis en place récemment.
Nous allons passer par une séquence juridique visant à désaffilier La Mondiale de la Sgam Matmut la Mondiale et désaffilier la Sgam Matmut La Mondiale de la Sgam AG2R La Mondiale Matmut. Tout ceci sous réserve de l’approbation des instances compétentes et de l’ACPR.

Après l’épisode Sferen, et celui d’AG2R La Mondiale, la Matmut est-elle difficile à marier ?

Je ne sais pas si la Matmut est difficile à marier. Mais ce n’est pas nous qui avons demandé le divorce.