L’expédition Generali Arctic Observer de Jean-Louis Etienne se dote d’un parrain de choix : Zinedine Zidane

Zinedine Zidane ne s’engage pas sans convictions personnelles. Aussi a-t-il choisi, parmi les projets que mène Generali, d’apporter son soutien à la prochaine expédition de Jean-Louis Etienne, « Generali Arctic Observer »,  pour sa dimension pédagogique et son potentiel d’impact, notamment auprès des enfants et des jeunes générations.

Je ne connaissais pas personnellement Jean-Louis Etienne, mais j’avais été frappé par sa traversée du pôle, ce sujet de l’environnement n’est pas si simple à aborder concrètement et il faut continuer à montrer des choses. Cette expédition est intéressante  et je pensequ’elle parlera aux jeunes générations …il faut rester très humble, j’ai bien aimé l’approche de Jean-Louis Etienne” Lors de cette expédition, le « médecin-explorateur » effectuera, en solitaire, une traversée du pôle Nord en ballon dont la durée devrait être de 10 à 15 jours. Cette grande aventure d’observation scientifique permettra de mesurer le CO2 atmosphérique, le taux de particules d’origine naturelles ou liés à l’activité humaine (aérosols) et la dérive du pôle magnétique Nord. Objectif ultime, « attirer l’attention du monde sur la régression de la banquise, sur ses conséquences et le chaos climatique à l’échelle planétaire qu’engendrerait sa disparition ».

Après avoir échangé sur les enjeux de l’expédition, Jean-Louis Etienne et Zinedine Zidane se sont retrouvés au cœur de la Picardie à l’occasion d’un vol d’essai. A cette occasion, chacun a pu constater l’exiguïté de la nacelle à bord de laquelle Jean-Louis Etienne survolera la banquise en avril prochain.

Pour Jean-Louis Etienne, l’engagement pédagogique est fondamental : « Au cours de mes expéditions passées, j’ai pu voir à quel point l’aventure est une formidable passerelle entre la science et l’éducation des jeunes et du grand public. Au delà des conséquences du retrait de la banquise sur les peuples autochtones et l’écosystème arctique, il s’agit d’expliquer le rôle fondamental qu’elle joue sur l’équilibre climatique de l’hémisphère nord, ce qui justifie de la faire classer « zone d’intérêt commun » pour l’humanité. La notoriété mondiale de Zinédine et sa sincérité, sont autant de chances supplémentaires de faire passer le message auprès du public. C’est un message d’espoir et de mobilisation. Des solutions existent, des technologies nouvelles économes en carbone sont imaginées chaque jour. Mais il y a urgence à faire évoluer nos comportements au quotidien »