Investissements : Pour grandir, le FSP va se doter de sa société de gestion

Le Fonds stratégique de participations, véhicule commun d’investissement créé en 2013 et détenu par sept assureurs français, veut doubler la taille de son portefeuille d’ici à 2024 et va pour ce faire se doter d’une société de gestion dédiée, a-t-il annoncé vendredi.

Cette nouvelle société, baptisée Isalt, “assurera la gestion financière du FSP à compter du début 2020”, avec l’objectif de porter le montant de ses participations à quatre milliards d’ici 2024. Cette société prévoit par ailleurs d’employer huit collaborateurs d’ici à fin 2020. Cette nouvelle structure, qui identifie des entreprises prometteuses et propose aux assureurs partenaires d’y investir ensemble, entend se concentrer sur les sociétés françaises de capitalisation moyenne, désireuses de se développer à l’international, innovantes et ou qui ont un poids important dans l’économie française.

Le FSP associe les filiales d’assurances des groupes BNP Paribas, Crédit Agricole, Société Générale, Natixis, Crédit Mutuel ainsi que Groupama et CNP Assurances. Son portefeuille se compose de sept participations valorisées au total à hauteur de 2,4 milliards d’euros. “Le FSP a connu un très bon développement (…). Sa taille actuelle et ses perspectives de croissance justifient des moyens totalement dédiées. Le nouveau dispositif illustre la volonté des assureurs de développer ce fonds de place qui répond aux besoins des entreprises à la recherche d’actionnaires stables, attachés aux performances à moyen et long terme”, a commenté Pierre de Villeneuve, le président du FSP, lors d’une conférence de presse.

Dans le détail, le FSP détient ainsi quelque 8% de l’opérateur européen de satellites Eutelsat, 5% du fabricant d’électroménager SEB, 6% du chimiste Arkema, 1% du groupe aéronautique Safran, 9% de la société d’investissement Tikehau Capital, 5% du groupe d’alimentation Elior et 8% du groupe d’énergies renouvelables Neoen. Jusqu’à présent, la gestion de ces participations était gérée par une équipe dédiée au sein de la banque d’affaires Edmond de Rothschild, qui poursuivra sa collaboration avec le fonds en lui prodiguant des conseils en matière d’investissements responsables d’un point de vue environnemental et social.

La Caisse des dépôts, bras financier de l’État, jouera aussi un rôle clé dans le développement d’Isalt, d’abord comme actionnaire institutionnel de référence en détenant une participation de 40%. Ensuite en lui fournissant un vaste ensemble de services financiers, avec notamment la réception et la transmission d’ordres, et une infrastructure informatique. Edmond de Rothschild, la Caisse des dépôts et les assureurs ont renouvelé vendredi lors de la conférence de presse leur engagement à ne pas interférer dans la gestion d’Isalt, dont les équipes travailleront en toute indépendance, ont promis les différents acteurs de ce dossier.