IARD : Les assureurs auto misent sur les promotions pour se démarquer

Porte d’entrée des nouveaux clients, l’assurance auto constitue le marché de prédilection des assureurs. Sur ce marché hyper-concurrentiel, les assureurs se livrent à une véritable guerre des tarifs. Une concurrence qui est ravivée à l’approche du Mondial de l’Auto.

Dans un contexte de crise économique et de dégradation du pouvoir d’achat, les assureurs auto privilégient les promotions pour tirer leur épingle du jeu.
Plusieurs assureurs ont déjà mis en place des opérations commerciales et des taux de crédit bonifiés qui seront relayées lors du Mondial de l’Auto. Par exemple, Allianz propose jusqu’à quatre mois d’assurance auto gratuits pour les nouvelles souscriptions (véhicules de moins de 2 ans en tous risques avec bonus écologique). La Macif a prévu un taux de crédit auto de 0,5% inférieur à son taux habituel. La mutuelle niortaise table sur la réalisation de 3.000 devis auto lors du salon (après 2.800 devis lors du Mondial précédent).
Parmi les offres promotionnelles de la rentrée en auto, Société Générale qui offre jusqu’à deux mois d’assurances aux nouveaux souscripteurs (en association avec le crédit auto), AllSecur, la marque de vente directe d’Allianz, propose quant à elle, un mois gratuit.
Néanmoins, dans un contexte de maîtrise des coûts, la prudence est également de mise. « Les compagnies essaient d’être davantage raisonnables dans leurs opérations commerciales qui ont contribué à une explosion de leurs coûts marketing et commerciaux», souligne Cyrille Chartier-Kastler, président du cabinet de conseil Facts & Figures.

Les services ont le vent en poupe

Sur ce marché -dont le chiffre d’affaires est en hausse de 3,5% en 2011, à 19 milliards d’euros, selon la FFSA et de 3% sur les cinq premiers mois de 2012- la prise en compte de l’usage du véhicule est croissante. Ainsi, les forfaits kilométriques à l’année, sont devenus incontournable dans les gammes (8.000 km, voire 4.000 km). Sur ce créneau, Groupama projette d’enrichir son offre d’une assurance au kilomètre qui reposerait sur les déclarations de l’assuré.
Les services sont essentiels pour se différencier (géolocalisation suite à un sinistre, rendez-vous personnalisé pour la prise en charge du véhicule,…). « Les garanties sont peu ou prou identiques d’un acteur à l’autre. La différence porte sur les services, le but étant notamment d’accompagner l’assuré dans sa mobilité », indique Laurent Jourdan, responsable de l’offre auto de la Macif. La mutuelle propose depuis 2008 un catalogue « Avantages et Services » dont une large part est consacrée à l’auto.
Les prestations « hors sinistres » tendent également à gagner du terrain. Plusieurs intervenants tels que la Macif, Groupama, ont mis en place des services d’aide à l’achat du véhicule. Le but est ainsi de capter plus facilement les assurés à un moment particulièrement propice.
« 25% des clients qui ont utilisé ce service Auto Nuevo n’étaient pas assurés chez Groupama, observe Geneviève Roudier, directrice générale de CapsAuto, filiale de l’assureur vert. Il permet aux assurés de tester tout de suite notre capacité d’écoute, notre réactivité alors que dans le cadre du contrat d’assurance, cette évaluation n’intervient qu’au moment du sinistre. Il génère ainsi une image différente de l’assureur. »

Une recrudescence des résiliations

Si la rentabilité du secteur s’améliore, les assureurs sont confrontés à une nouvelle problématique, une hausse sensible des résiliations.
« La sinistralité est assez bien maîtrisée avec une amélioration des résultats techniques depuis 2010. Autre élément conjoncturel favorable, l’absence d’événement climatique d’ampleur pour l’instant en 2012 », indique Cyrille Chartier-Kastler, Facts & Figures. Concernant la hausse des résiliations : « C’est un vrai problème pour le secteur. Le taux de chute moyen est de l’ordre de 14%, en incluant les mutuelles sans intermédiaires qui ont des taux nettement inférieurs au marché. Les réseaux avec intermédiaires et les bancassureurs enregistrent ainsi des taux de chute très élevés. » En cause, la loi Chatel qui a facilité les résiliations, la persistance d’importantes campagnes publicitaires et les stratégies des compagnies qui visent à favoriser les nouveaux clients (mois gratuits,…). Autres facteurs, les hausses tarifaires de ces dernières années qui incitent les assurés à comparer les tarifs et à faire jouer la concurrence.
Dans ce contexte, Facts et Figures table sur une hausse moyenne des tarifs auto entre 2 et 3% pour 2013 avec des politiques très contrastées selon les assureurs et leur situation technique.


Nathalie Foulon