Grippe A/Vaccins : 94 millions de doses commandées pour un coût d’un milliard d’euros

    Le gouvernement français a monté d’un cran supplémentaire son dispositif de lutte contre la nouvelle grippe A/H1N1, annonçant la commande ferme de 94 millions de doses de vaccins et la mobilisation des médecins libéraux à partir du 23 juillet.

    “La situation est très encadrée parce que nous sommes totalement mobilisés”, a déclaré mercredi le ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux lors d’une conférence de presse à l’issue de la réunion de la Cellule Interministérielle de Crise (CIC). Il a souligné la volonté du gouvernement d’anticiper la rentrée.

    La France a dépassé le cap des 600 cas identifiés de la nouvelle grippe A/H1N1 depuis le début de l’épidémie, selon l’Institut de veille sanitaire (InVS). “Actuellement, il y a une quarantaine de personnes malades en France”, a précisé la ministre de la Santé Roselyne Bachelot.

    Mme Bachelot a annoncé que la France avait négocié la commande ferme de 94 millions de doses de vaccins contre la nouvelle grippe auprès de trois laboratoires : Sanofi-Pasteur, GlaxoSmithKline (GSK) et Novartis. Ces contrats, qui représentent 1 milliard d’euros, comportent une pré-réservation pour 36 autres millions de doses, a précisé la ministre, ajoutant que les contacts se poursuivaient avec la société Baxter.

    Par ailleurs, à compter du 23 juillet, le dispositif de prise en charge de la nouvelle grippe va mobiliser les médecins libéraux. “La CIC a décidé de confirmer la prise en charge des malades par le secteur ambulatoire c’est-à-dire par la médecine libérale. C’est une des mesures qui étaient prévues dans le plan de lutte contre la pandémie grippale”, a indiqué Brice Hortefeux. Ainsi, “les médecins généralistes seront au centre du dispositif”, a souligné Mme Bachelot.

    “Le SAMU-centre 15 reste en place”, mais il est destiné à prendre en charge “les cas graves et les enfants de moins d’un an”, a-t-elle précisé.

    “Toujours à partir du 23 juillet, les pharmacies délivreront sur prescriptions médicales des masques anti-projections gratuitement”, a-t-elle dit. Elles délivreront également les médicaments antiviraux (type Tamiflu), toujours sur prescription médicale, et qui seront remboursés par l’Assurance maladie.

    Mme Bachelot a indiqué que les livraisons de vaccins “s’échelonneront du mois d’octobre au mois de janvier si les rendements de production sont satisfaisants”. La vaccination sera prise en charge par le système d’assurance maladie, a-t-elle dit, mais sera réalisée dans “des centres de vaccination”.

    Concernant la stratégie vaccinale, la ministre a expliqué que le gouvernement était en train de définir les populations “particulièrement exposées”, comme les personnels de santé, de secours et sécurité. Il s’agit aussi de définir les “personnes à risques”, a indiqué Mme Bachelot: les personnes de moins de 65 ans qui souffrent d’une affection de longue durée, les femmes enceintes, les enfants de moins de un an -sachant que le vaccin aurait une autorisation de mise sur le marché à partir de 3 ans-, et les jeunes de moins de 18 ans.

    La ministre a répété que l’objectif était “de proposer la vaccination à l’ensemble de la population”.

    L’InVS recensait mercredi “six cas de grippe nécessitant une hospitalisation”, dont trois sont sortis de l’hôpital, concernant des patients “âgés de 14 à 70 ans”. Parmi eux une adolescente de la colonie de vacances de Megève hospitalisée mardi soir pour pneumopathie. “Elle va très bien”, a précisé le Dr Françoise Weber, patronne de l’InVS.

    AFP