Forfait hospitalier : La réponse d’Agnès Buzyn aux complémentaires

0

VIDÉO – Lors de la présentation du projet de loi de financement de la Sécurité sociale, Agnès Buzyn a confirmé la hausse de 2 euros du forfait hospitalier au 1er janvier 2018. Face à la grogne de la Mutualité française, elle rappelle que la part de l’assurance maladie prise en charge par les organismes complémentaires a baissé au cours des 4 dernières années.

La ministre des Solidarités et de la Santé a précisé les contours de la hausse du forfait hospitalier, qui passera de 18 à 20 euros au 1er janvier 2018. Pour les séjours en psychiatrie, le montant augmentera de 1,5€, passant de 13,5 à 15 euros. Elle a rappelé que le forfait hospitalier n’a pas été valorisé depuis 2010 et que la hausse de 2 euros correspond à la progression de l’inflation constatée depuis cette date et anticipée pour 2018.

La Mutualité française réagit depuis deux jours à cette mesure. « Toute hausse des dépenses pour les complémentaires aura un effet sur les cotisations et aura donc un impact sur le pouvoir d’achat des français », avance Thierry Beaudet. Pour les organismes complémentaires, la hausse du forfait hospitalier aura un surcoût d’entre 180 et 200 millions d’euros, selon les estimations.

En réponse à la Mutualité française, Agnès Buzyn a rappelé que « la part des dépenses de l’assurance maladie prise en charge par les complémentaires a diminué pendant les 4 dernières années ». Cette tendance a été confirmée par la Drees dans son dernier panorama sur les dépenses de santé 2016.

Selon la ministre, la baisse proportionnelle de la prise en charge des complémentaires s’explique par le fait qu’« il y a de plus en plus d’affections de longue durée et de maladies chroniques dont les actes sont remboursés à 100% par la Sécurité sociale ».

Cette dépense de 200M d’euros représente de “0,5% à 1% de l’ensemble des cotisations des complémentaires“, selon A. Buzyn. Elle considère donc que “ce transfert de charges est acceptable ».