Edito : Les ventes continuent pendant les travaux

Le courtage d’assurances doit entamer sa mue, impérativement et rapidement.

La fumée blanche est finalement sortie du 99 rue Saint Lazare, à Paris.
La Chambre syndicale des courtiers d’assurances, dans le méandre des ses alcôves, a accouché d’un consensus et a élu Hervé Houdard, directeur général de Siaci Saint-Honoré, seul candidat en lice, à la présidence de la CSCA.

Rien n’était gagné, ni même la veille de l’AG, lorsque les doutes subsistaient encore sur les soutiens affichés de tel ou tel. On a déjà vu les résultats des urnes ne pas être conformes aux derniers sondages, et les promesses de votes n’engagent que ceux qui les écoutent.

Voilà donc la 5ème fédération professionnelle du secteur, la deuxième regroupant les syndicats d’intermédiaires, relancée, après une année de gestation pour une réforme qui n’est toujours pas faite. Que se passera-t-il maintenant ? Difficile à dire. Il faudra rapidement, pour le nouveau président, convaincre les tenants du consensus de sa mission, de son programme qui, selon les “proches du dossiers“, les “sources concordantes” – comme du reste les “discordantes” – s’apparente plutôt à une ligne floue vers un objectif à peine plus net.
Est-ce une nouvelle mode des présidents de ce pays que de ne pas donner à leurs électeurs une voie sur laquelle s’engager ?

D’autant que de nombreux chantiers attendent les courtiers. La réglementation ne mettra plus très longtemps à franchir la frontière franco-belge et à déferler sur une profession dans l’obligation de se conformer aux attentes des consommateurs. Car, il ne faudrait pas l’oublier, les ventes doivent continuer pour des structures frappées par la crise économique et par la transformation de la clientèle le courtage doit tenir sa place, sa spécificité et son rang dans le débat national du paysage assurantiel français. Hervé Houdard est un personnage connu et reconnu dans le microcosme assurantiel. Mais le voilà exposé et contraint d’obtenir, à court terme, des résultats. Ceux qui l’ont amené à ce poste en attendent à peine moins que ses détracteurs.