Dette souveraine : Axa a cessé d’acheter des obligations d’Etat espagnoles et italiennes

Axa a arrêté d’acheter “il y a quelques mois” des obligations d’Etat espagnoles et italiennes mais n’a pas revendu les titres qu’il détenait déjà, a déclaré mercredi le directeur des risques de l’assureur, Jean-Christophe Menioux.

“Nous avons gelé nos investissements sur l’Italie et l’Espagne il y a quelques mois, comme nous l’avions fait il y a quelques années pour la Grèce”, a expliqué M. Menioux lors d’une conférence.
Il a toutefois précisé que le groupe n’avait “pas vendu” les obligations qu’il possédait déjà. Au 31 janvier 2012, il détenait en obligations d’Etat 15,1 milliards d’euros pour l’Italie et 8,1 milliards pour l’Espagne en valeur brute de marché.

Axa avait, par ailleurs, déjà annoncé ne plus détenir de titre souverain de la Grèce.

Le PDG du groupe, Henri de Castries, a de son côté répété n’avoir “pas d’inquiétude” quant à la situation de ces deux pays, comme il l’avait déjà affirmé par le passé.

Concernant la France, M. Menioux a indiqué qu’Axa “continue à acheter de la dette”.

Interrogé sur les conséquences d’un éventuel éclatement de la zone euro, Henri de Castries a insisté sur le fait que l’assureur était “bien sûr” en mesure d’absorber un tel événement, même s’il a martelé qu’il ne s’agissait pas du “scénario central” d’Axa.