Courtage : Willis Towers Watson cède Miller

miller
Le logo du courtier grossiste britannique Miller.

Repoussée pour cause de Coronavirus, la cession du courtier britannique Miller est actée. Les fonds d’investissement Civen et GIC annoncent avoir conclu un accord avec Willis Towers Watson pour le rachat du grossiste londonien.

A l’approche de sa fusion avec Aon, le courtier Willis Towers Watson lâche du lest en cédant le courtier grossiste londonien Miller, dont il possède 85% du capital depuis 2015.

Dans un communiqué, la société de capital-Investissement Cinven et le fonds singapourien GIC annoncent avoir trouvé un accord avec WTW pour acquérir Miller, qui place chaque année près de 2Md£ de primes au Royaume-Uni, aux Lloyd’s mais aussi à l’étranger. Si le montant de la transaction n’a pas été révélé, les deux investisseurs mettent notamment en avant « le modèle économique de haute qualité et générateur de trésorerie, avec un capital de marque solide et une base de revenus attrayante et récurrente » peut-on lire.

Positionné sur les grands risques (maritime, énergie, risques politiques, crédit, sport, réassurance), Miller s’appuie aujourd’hui sur des bureaux à Londres, Ipswich, Bruxelles, Singapour, Genève mais aussi à Paris. Prévue en début d’année 2020 et repoussée pour cause de Covid-19, la transaction doit être finalisée au premier trimestre 2021.

Albingia

Compagnie d’assurance française, 100% indépendante, Albingia accompagne les courtiers, depuis bientôt 60 ans, dans l’assurance des risques des entreprises. Composées d’équipes à l’expertise reconnue, ses 7 délégations régionales sont de véritables centres de décision autonomes et sont garantes d’une réelle proximité avec les courtiers français. C’est à leurs côtés qu’Albingia a fait le choix d’assurer le développement des entreprises françaises.

Contacter Albingia


Que pensez-vous du sujet ?