Courtage : Sauvez les abeilles se mobilise contre l’ANI

Une association de défense des emplois dans le courtage se bat pour que les clauses de désignation soient retirées de l’ANI, pourtant, l’Assemblée nationale ait adopté l’article 1 de cet accord avec ces fameuses clauses.

L’ANI qui vise à généraliser la complémentaire santé et ses clauses de désignation font décidément beaucoup de mécontents. Même si l’Assemblée nationale a tranché hier après-midi en adoptant l’article 1er avec désignation de branches, courtiers, mutuelles et assureurs continuent de se battre. Le Sénat doit encore débattre sur le sujet.

Une association baptisée Sauvez les abeilles s’est d’ailleurs montée pour défendre les emplois dans le courtage, emplois qui semble-t-il seraient, fortement, menacés. Ainsi, l’association dit représenter les 120.000 employés qui travaillent chez les 28.000 courtiers de France. Afin de faire entendre sa voix l’association a adressé une lettre ouverte au Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, publiée dans le quotidien LibérationLe projet de loi actuel, en prévoyant le choix d’une seule compagnie ou d’un seul institut de prévoyance pour chaque branche professionnelle, a pour conséquence mécanique de supprimer 30.000 emplois, soit 1 à 2 personnes par cabinet de courtage, selon la taille. L’application de ces accords par branche est en fait le résultat d’une stratégie savamment orchestrée par les plus gros opérateurs de l’assurance, qui se retrouvent de fait, en situation de monopole auprès de plus de 4.500.000 salariés. Ces derniers n’auront d’autre choix que de s’assurer chez l’assureur qui leur sera imposé. Monsieur le Premier Ministre, certains ont oublié de vous dire que la vente de la complémentaire santé représente 75% du chiffre d’affaires des courtiers de proximité”.

Malheureusement leur voix n’a pas pesé lourd dans le débat, tout comme celle de l’Autorité de la concurrence et de l’Apac. “Nous sommes dans l’incompréhension et la perplexité totale. Nous ne comprenons pas comment l’Assemblée a pu adopter cet article 1 alors que l’Autorité de la concurrence a rendu un avis favorable en faveur de la liberté des entreprises. Je me demande si la ministre de la Santé a bien lu le rapport de l’Autorité de la concurrence. Je ne comprends pas comment elle peut encore défendre les clauses de désignation et s’arc-bouter de cette façon”, explique Laurent Bibas, porte parole de l’association Sauvez les abeilles. L’association tient à préciser que 15.000 emplois au sein de la Mutualité peuvent être touchés, 2.000 chez les agents généraux et 30.000 dans le courtage. “Nous prévoyons des manifestations devant le Sénat et l’Assemblée nationale dans les jours à venir”, poursuit-il.

Cependant, des actions se préparent. Le Front de gauche, dont les députés ont proposé des amendements afin de supprimer les clauses de désignation appellent à la mobilisation partout en France le 9 avril prochain.