Complémentaires Santé : La FNMF tance le rapport de la Cour des Comptes

mutualité française
Le Logo de la Mutualité Française (FNMF)

Devant les conclusions de la Cour des Comptes sur l’efficacité des complémentaires santé, la Mutualité Française monte au créneau. La FNMF dénonce « un manque de sérieux et de transparence ».

Les conclusions du récent rapport rendu par la Cour des Comptes sur l’efficacité des complémentaires santé et les scénarios alternatifs proposés par la juridiction financière ne sont pas du goût de la FNMF.

Dans un communiqué, la Mutualité Française dénonce « un manque de sérieux et de transparence » dans la méthode d’analyse. « La Cour des comptes nous a bien auditionnés, mais uniquement sur le sujet du dispositif de la complémentaire santé solidaire que nous portons d’ailleurs en grande partie et sur les équilibres et l’efficacité de laquelle nous avons déjà émis des réserves », explique Daniel Havis, vice-président de la FNMF.

La Mutualité Française s’étonne ainsi que les conclusions de la Cour des Comptes portent sur l’ensemble de l’activité des complémentaires et sur le financement du système de santé, « des enjeux au sujet desquels nous n’avons jamais été invités à donner notre avis, ni pendant les auditions ni durant l’examen contradictoire de ce texte ! Nous sommes pourtant les premiers concernés et le 2e financeur de notre système de santé. Ce manque de transparence est plus que surprenant de la part d’une institution publique comme la Cour des Comptes », poursuit Daniel Havis.

La FNMF conteste notamment « les seuls indicateurs, partiels et biaisés, de l’UFC Que Choisir » sur lesquels s’appuie le rapport qui ne fait pas mention de « sources publiques, objectives et sérieuses qui existent pourtant, comme celles du ministère de la santé et de la DREES ». Estimant que les conclusions du rapport sont pas recevables, la Mutualité Française indique en conclusion avoir communiqué « ses réserves quant à ce rapport et à ses conclusions à la Présidente de la Commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale, commanditaire de ce document ».

Que pensez-vous du sujet ?