Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce jeudi 18 avril s’est tenue la 2e réunion du club épargne gestion de patrimoine. Dans le cadre de la thématique fil rouge sur la naissance du conseiller augmenté, les discussions ont porté sur la finalité de ce dernier. Une nouvelle fois, le parrain du club, Jean-François Lequoy, directeur général de Natixis Assurances était présent.

Le conseiller augmenté oui. Mais pour quoi ? Les participants à la deuxième réunion du club épargne et gestion de patrimoine ont tenté de répondre à cette question. Pour éclairer les débats, la session a démarré par une intervention de Cédric Goguel, responsable du marché clientèle patrimoniale groupe Crédit Agricole.

Il est revenu sur les attentes des clients vis-à-vis des conseillers en banque privée et en gestion de patrimoine, et par conséquent, sur les attentes des banques sur le conseiller augmenté. Force est de constater que le premier intérêt est de dégager du temps commercial. Mais les outils à la disposition des conseillers doivent également améliorer la connaissance client pour renforcer le lien de confiance et capter des patrimoines peu touchés jusque-là, comme les biens mobiliers par exemple. Derrière, cela impose de les former aux métiers de l’assurance.

Pour certains, la question à se poser est celle de la valeur ajoutée apportée par les conseillers. Les seuils de recours à des professionnels du placement financier se sont réduits comme peau de chagrin. « Aujourd’hui on ouvre des mandats de gestion dès 20.000 euros quand c’était 500.000 euros, il y a encore quelques années », illustre un des participants. Une forme de banalisation du métier qui interroge sur le rôle du conseiller. Dans quelle mesure peut-il réellement réaliser du sur-mesure.

Dans la deuxième partie, Yann Charraire, managing director de OneWealthPlace est venue présenter des solutions pour augmenter les conseillers. La jeune pousse, créée en 2017, s’appuie sur des technologies d’intelligence artificielle et de blockchain pour faciliter la relation client entre conseiller et client, aider à l’amélioration de la connaissance des portefeuilles, détecter les moments clés dans la vie des clients poussant ainsi l’ingénierie jusqu’à des solutions cognitives orientée sur le comportement des clients. « Il faut bien voir ces outils comme des aides », a insisté Yann Charraire coupant court à l’idée que l’IA pourrait remplacer un jour l’humain. Pour un autre des participants, les outils permettent d’augmenter le conseiller dans le sens où elle permet de réduire les écarts entre conseillers.

Enfin, dernière idée avancée par l’assemblée présente, le conseiller augmenté est également celui qui saura s’appuyer sur des réseaux interprofessionnels, comme les experts comptables, des juristes, des fiscalistes, pour accompagner au mieux son client. « L’ère du conseiller qui savait tout faire est révolue ».

Rendez-vous au Master Club pour la restitution des travaux du club

Du 11 au 13 septembre 2019, le Cercle LAB vous donne rendez-vous à Barcelone pour le MASTER CLUB.

Le MASTER CLUB 2019, c’est l’occasion de présenter les travaux des Clubs de réflexion du Cercle LAB et d’échanger sur la Prospective et l’Innovation autour des experts et dirigeants de la profession.

Grâce à ses Clubs thématiques et son Colloque Prospectif, le Cercle LAB a, depuis plusieurs années, ouvert la voie à un style d’échanges professionnels uniques et unanimement appréciés.

Dans le même esprit, le MASTER CLUB 2019 permettra à chaque participant de profiter de la restitution de 10 mois de travaux prospectifs, d’échanger et de profiter des débats autour de la thématique fil rouge “Réhumaniser le monde Digital”. Cet évènement sera aussi l’occasion de participer à la construction des thématiques 2020.