Assurance vie : Les UC en quête de digital

L’indice de satisfaction générale des services disponibles à l’heure actuelle s’établit à une moyenne de 2,89 sur une échelle de notation de 1 à 5.

La quasi-totalité des gestionnaires de patrimoine français (90%) s’attendent à ce que le marché de l’assurance vie en unités de compte (UC) connaisse un niveau de digitalisation « élevé » à « très élevé » au cours des trois prochaines années, selon un rapport de Lombard International Assurance.

Selon une étude menée par Lombard International Assurances et Accenture Luxembourg, une digitalisation « élevée » à « très élevé » du secteur de l’assurance vie en unités de compte est attendue, dans les 3 prochaines années, par 75% des gestionnaires du patrimoine européens. Le rapport montre « un besoin d’amélioration des services faisant appel aux solutions digitales afin que le secteur reste pertinent vis-à-vis des professionnels du patrimoine et de leurs clients fortunés », indique le rapport.

Au total, 677 professionnels de la gestion patrimoine en Europe ont participé à l’étude. Le rapport indique que l’offre digitale est en tête des critères clés. Elle il représente ainsi, un service que les professionnels du secteur prennent en compte lors du choix d’un fournisseur d’assurance vie en unités de compte.

D’après les professionnels, « la digitalisation devrait jouer dans l’évolution du secteur de l’assurance vie en unités de compte ». Ils identifient les technologies en matière de service client, la cybersécurité et les technologies mobiles comme étant les trois points les plus importants sur le marché. En effet, dans un contexte de crise sanitaire, les offres digitales proposées par les assureurs vie se multiplient, mais ne sont souvent pas « à la pointe ». « L’indice de satisfaction générale des services disponibles à l’heure actuelle s’établit à une moyenne de 2,89 sur une échelle de notation de 1 à 5 (5 signifiant « très satisfait »). Il apparaît notamment que les outils de simulation et les applications pour smartphones semblent le plus faire défaut », indique le rapport.

En effet, plus d’un gestionnaire sur 5, soit 22% des répondants, ont identifié la « souscription 100% digitale et les e-applications » comme étant le service supplémentaire dont le marché a besoin. Sur le podium des options privilégiés par les professionnels, viennent ensuite les « gammes de solutions innovantes adaptées à chaque besoin » (18%). Enfin, les « solutions digitales permettant de réduire les coûts d’acquisition client et d’augmenter la productivité du courtier » semblent être une priorité pour 16% des 677 professionnels répondants.

Les français parmi les plus optimistes

Parmi les gestionnaires du patrimoine français, 90% s’attendent à ce que le marché de l’assurance vie en unités de compte connaisse un niveau de digitalisation « élevé » à « très élevé » au cours des trois prochaines années. Ils sont, d’après le rapport, derrière la Belgique (93%) et devant l’Italie (80%), en termes d’optimisme vis-à-vis de la digitalisation du marché des unités de compte. Cependant, « il existe des divergences significatives en termes de perspectives entre les pays », précise le communiqué. En effet, « Ce sont les professionnels établis au Royaume-Uni qui se révèlent être les plus incertains quant au niveau de digitalisation au cours des trois prochaines années, 15% d’entre eux attendant explicitement un degré de digitalisation « très faible » – soit environ trois fois la moyenne européenne (6%) », conclut Lombard International Assurance dans son communiqué.

Que pensez-vous du sujet ?