Assurance vie : La collecte nette atteint 1,4 milliard d’euros en juin

De l'argent
La FFA a dévoilé les chiffres provisoires de la collecte en assurance vie.

Le marché français de l’assurance vie a enregistré une collecte nette de 1,4 milliard d’euros en juin, dépassant ainsi le seuil du milliard pour le sixième mois consécutif, selon des chiffres provisoires publiés vendredi par la Fédération de l’assurance.

Le mois précédent, la collecte nette avait représenté 1,7 milliard d’euros, a fait savoir la fédération. En juin, les cotisations ont atteint le “niveau record” de 13,7 milliards d’euros, contre 9,9 milliards d’euros en juin 2020 et 12,1 milliards d’euros en juin 2019, détaille-t-elle dans un communiqué. Le montant des prestations versées par les assureurs à leurs clients a quant à lui représenté 12,3 milliards d’euros, soit un montant également supérieur à celui du mois de juin 2020 (10,3 milliards) et à celui de juin 2019 (10,1 milliards). “Les chiffres du marché de l’assurance vie sur le mois de juin confirment la tendance constatée depuis plusieurs mois: une part croissante des placements en unités de compte et un développement rapide des plans d’épargne retraite“, lancés fin 2019 sur le marché français, commente la fédération.

Dans un contexte de taux très bas, voire négatifs, la plupart des assureurs incitent en effet leurs clients à investir davantage en unités de compte, placements dont le capital et les intérêts ne sont pas garantis, mais qui se révèlent potentiellement plus rémunérateurs sur le long terme. Ainsi, les cotisations sur ces supports se sont élevées en juin à 5,6 milliards d’euros, portant leur part à 41% des cotisations de l’assurance vie contre 38% en moyenne depuis le début de l’année et 35% sur l’année 2020. Et sur l’ensemble du premier semestre, la collecte nette sur les unités de compte a atteint “des records historiques avec, en cumulé, 29,6 milliards d’euros de cotisations et une collecte nette de 19,3 milliards d’euros“, souligne la fédération.

Ce mouvement se fait au détriment des fonds dits en “euros“, nom de ces placements dont le capital et les intérêts sont garantis et qui ont longtemps offert une généreuse rémunération aux épargnants. Problème, ces supports rapportent beaucoup moins dans le contexte actuel et contraignent par ailleurs les assureurs à constituer d’importantes réserves de capitaux réglementaires. À fin juin, l’encours des contrats d’assurance vie s’est établi à 1.840 milliards d’euros, en progression de +4,4 % sur un an.

Que pensez-vous du sujet ?