Assurance : Des perspectives de recrutement en retrait pour 2018

Des personnes sur un parvis
Connection timed out after 5001 milliseconds

INFOGRAPHIES – Une enquête du Figaro Economie avec Cadremploi révèle les intentions de recrutement de 407 entreprises françaises, dont 15 du secteur de l’assurance. Pour ces dernières, les perspectives d’embauche seront globalement en baisse.

Axa France est le premier recruteur de l’assurance dans l’enquête réalisée par Le Figaro Economie et Cadremploi. L’assureur prévoit en effet 5.000 embauches pour 2018. Un chiffre en baisse de 2% par rapport aux 5.100 de 2017. Les 100 équivalents temps plein en moins se situent au niveau des CDI. Après 2.800 en 2017, Axa France prévoit 2.700 nouveaux contrats à durée indéterminée en 2018.

Dans ce classement, Groupama pointe à la deuxième place, avec des intentions de recrutements en forte hausse (+20%). L’assureur mutualiste compte en effet embaucher quelque 2.400 équivalents temps plein contre 2.000 en 2017.

Un effet assurance emprunteur sur le recrutement ?

Mais la plus forte hausse est à chercher du côté du courtier en assurance de prêt immobilier, Réassurez-moi. Ce dernier, vraisemblablement porté par l’ouverture de la concurrence en assurance emprunteur, prévoit 100 ETP supplémentaires en 2018, contre 25 en 2017. A l’autre bout de la chaîne se trouve Europ Assistance France qui met un sérieux coup d’arrêt à sa politique de recrutement. L’assisteur avait embauché 560 personnes en 2017. Il envisage l’arrivée de 41 nouveaux collaborateurs en 2018.

Du côté des courtiers, la tendance sera d’ailleurs au recrutement en 2018. Siaci Saint Honoré, Ciprés Assurances et Sfam, qui figurent dans le classement, prévoient d’embaucher plus qu’en 2017.

Au global, les 15 entreprises du secteur de l’assurance présentes dans l’enquête, envisagent 13.373 recrutements en 2018, soit une baisse de 2,8%. Même tendance du côté des CDI qui passeraient de 7.937 en 2017 à 7.720 en 2018.

Découvrez les résultats de l’enquête pour le secteur de l’assurance ci-dessous.

Tout d’abord les perspectives globales d’embauche

Puis les perspectives d’embauches en CDI