Assurance en ligne : Swiss Life aussi teste la vente-privée comme mode de distribution

Swiss Life a réalisé une campagne de vente privée en partenariat avec vente-privée.com lors de la première semaine de septembre. Le produit, une assurance animaux de compagnie, a eu un résultat bon en visibilité, plus mitigé en transformation.

Quelques semaines après Axa, Swiss Life s’est également essayé à la vente privée sur Internet avec www.vente-privée.com, leader du secteur.
L’assureur a proposé, pendant une semaine, un produit d’assurance santé pour animaux de compagnies, une assurance chien-chat, avec une réduction de 40% sur le prix de la cotisation première année.

Comme pour Axa, difficile d’avoir des chiffres car vente-privée les garde jalousement et bloque toute communication à ce sujet. « Nous sommes très satisfaits de la visibilité, satisfaits également du nombre de clients pré-inscrits et des taux de prospects. Le bémol, c’est plutôt sur le taux de transfo qui est inférieur à ce qu’on pouvait attendre sur ce type de produit » confie Eddie Abecassis, directeur développement e-business et actions commerciales chez Swiss Life.

L’exercice oblige toutefois à trouver un produit adapté à la vente à distance, facile à comprendre et assez intéressant pour les clients. Swiss Life avait mis en place un web call back pour améliorer une transformation forcément compliquée : les clients viennent découvrir une offre mais sont moins acheteurs que lors d’une campagne emailing ou encore le passage par un comparateur. Selon nos informations, les souscriptions, pour Axa, ont été très très faibles.

« Le ressenti est globalement très positif. Ce canal n’est pas adapté à une présence toutes les semaines, ou tous les mois, mais c’est une question d’opportunité » conclut Eddie Abecassis. L’expérience pourrait donc être renouvelée. Si le coût de la visibilité n’est pas prohibitif, car vente-privée n’est pas un intermédiaire d’assurance mais plutôt une plateforme qui accueille des produits à la vente.