Assurance des oeuvres d’art : Les grandes ambitions de Generali

Le siège de Generali

L’italien Generali entend s’imposer sur le marché de l’assurance des oeuvres d’art avec l’ambition de devenir un des trois leaders mondiaux, a-t-il annoncé mardi à Milan, en lançant une assurance dédiée.

“Arte Generali” offrira des solutions de prévention, de protection et d’assurance aux collectionneurs d’art et propriétaires d’objets et de bijoux de valeur, avec “des services uniques“, comme pour la restauration et le transport d’oeuvres, et “une technologie à l’avant-garde”, a assuré le premier assureur italien.

Arte Generali, qui opèrera au plan mondial, vise à devenir “l’un des trois principaux acteurs sur le segment dans les cinq prochaines années”, a souligné le groupe. La nouvelle société est basée à Munich. L’offre sera disponible pour les clients privés en Allemagne d’ici la fin 2019 et sera rapidement étendue aux entreprises et institutions culturelles, ainsi qu’à d’autres marchés comme la France, l’Italie, l’Autriche, la Suisse, l’Espagne, les Emirats arabes unis et Hong Kong.

Le groupe entend devenir leader sur les marchés où il sera présent. Selon l’assureur, le lancement d’Arte Generali représente “une des étapes importantes du plan stratégique Generali 2021”, avec l’ambition du groupe “d’élargir son offre”, pour favoriser “une croissance profitable”. Generali estime que la valeur globale des oeuvres d’art va augmenter de plus de 20% entre 2017 et 2022, et que le marché de l’assurance de ce secteur va croître en moyenne de 6% par an, pour atteindre 2,3 milliards de dollars de primes brutes en 2022.