Alico soutient la loi Lagarde à propos de l’assurance emprunteur

Acteur mondial de l’assurance de personnes, Alico (anciennement AIG Vie) renforce sa position sur le marché de l’assurance emprunteur et se félicite de voir une loi « allant dans le sens de ce qu’Alico a toujours fait ». Spécialisé dans la souscription de garanties en faveur des clients au profil « hors-normes », l’assureur profite de la loi Lagarde pour faire valoir ses arguments, notamment vers les institutions bancaires en perte de pouvoir sur ce créneau. La firme souhaite ainsi se présenter en partenaire de la délégation d’assurances, en particulier pour les clients atypiques.

Tous les acteurs de l’assurance le disent, la loi Lagarde aura un fort impact sur le marché de l’assurance emprunteur, entraînant de nombreuses évolutions. Alico estime que les assureurs spécialisés resteront les mieux placés pour offrir aux clients au profil atypique (problèmes de santé, pratique d’une profession ou d’un sport à risques, besoin en capitaux importants ou seniors) des solutions d’assurance personnalisées et adaptées à leur situation. Chez Alico, les clients « hors-normes » représentent, en 2009, près de 50% de l’encours en assurance emprunteur.

« Les banques, les assureurs traditionnels, les spécialistes des garanties individuelle ou encore les distributeurs d’offres en ligne vont se ruer sur le segment de marché des primo-accédants, qui représente plus de la moitié des emprunts octroyés. A terme, ce marché deviendra de plus en plus segmenté pour s’apparenter à celui de l’assurance automobile » avance Joël Farré, Directeur Général de Alico.

L’assureur estime par ailleurs que les banques, n’ont aujourd’hui pas la capacité à accompagner les profils de clients « hors-normes » qui requièrent une expertise spécifique, notamment dans l’analyse médicale et financière des dossiers soumis. Mais les spécialistes de ce secteur peuvent être des auxiliaires précieux pour elles dans l’application de la future loi : « Aujourd’hui comme demain, les banques peuvent se tourner vers des partenaires qui proposent des offres adaptées», précise Joël Farré.

Déjà en 2007, la convention Aeras (s’Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé) avait amélioré l’accès à l’assurance et donc à l’emprunt pour les personnes ayant un problème grave de santé.