Top 5 : engagez-vous qu’ils disaient !

Nous sommes en semaine 50 avant 2015. Toute la Gaule est occupée par Noël. Toute ? Non ! Un secteur continue d’alimenter notre top 5. Entre engagement, désengagement et réengagement, retour sur les aventures de l’assurance de ces sept derniers jours.

Depuis plusieurs années, le secteur de l’assurance s’est engagé sur la voie pavée de bonnes intentions des réseaux sociaux. Résultat, ça gazouille et ça “like” à tour de bras. Mais gare au grand fossé. Car comme dans toute relation, même virtuelle, il faut être deux. Or, selon l’étude Eskimoz pour News Assurances Pro, la stratégie trop autocentrée des assureurs sur Facebook et Twitter n’incite pas l’être aimé, à savoir l’internaute, à renforcer son engagement vis-à-vis des marques. Les assureurs vont devoir lâcher du lest pour trouver leur place dans le grand banquet du web social.

Pour le deuxième sujet le plus consulté la semaine dernière, aucun engagement n’a encore été pris. Qui fait quoi ? Qui finance quoi ? La débat sur la dépendance n’est en effet toujours pas tranché. Or, comme pour la question du réchauffement climatique, il va falloir trouver la potion magique avant que le ciel nous tombe sur la tête. Car dans 15 ans, il n’y a pas que la température sur Terre qui va augmenter. La facture de la dépendance aussi. Et pour cause, le nombre d’Agecanonix va doubler d’ici 2040. Et malgré les progrès de la médecine, il y a fort à parier que les personnes en perte d’autonomie seront également plus nombreuses.

Sur la troisième marche du podium, on trouve un engagement concret, à savoir l’embauche de 38.000 personnes par le secteur de l’assurance d’ici 2017 dans le cadre du pacte de responsabilité. Tout le monde salue l’accord, sauf un syndicat d’irréductibles, FO Assurances, qui n’hésite pas à parler d’arnaque. Un mot barbare que l’on n’aime pas beaucoup dans le secteur…

Au pied du podium et pour la troisième semaine consécutive, on retrouve l’article sur la grande traversée d’Allianz vers le digital. Et dans cette galère, du nom des navires romains évidemment, on retrouve les agents, invités à tous ramer dans le même sens. Alea jacta est.

Enfin LMDE et MGEN closent ce top 5. Le premier est tombé dans la marmite du second en 2000. Mais depuis, la zizanie dans la gestion de la mutuelle étudiante a conduit les deux à se séparer. Aujourd’hui la MGEN est prête à revenir dans l’arène mais sous conditions. C’est à Anne-Marie Cozien, administratrice provisoire de la mutuelle étudiante de prendre la décision finale. En attendant, tout le monde retient sa respiration.