Tarifs : Quelques éclaircissements, le flou demeure

Les tarifs des assurances non vie seront en hausse l’an prochain, mais il est encore difficile d’y voir clair.

Si la rentabilité technique s’est affirmée au fil des résultats 2011 du secteur, il est à prévoir que les assureurs de biens et responsabilités, et dans un second temps les assureurs santé, relèvent leurs tarifs en 2013.

En auto, la hausse annoncée par Cyrille Chartier-Kastler lors de la présentation de son baromètre du secteur en août dernier était de « 2 à 3% » sans nouvelles catastrophes naturelles. Sur l’habitation, la hausse prévue était de 3 à 4%, assez loin finalement des hausses de ces dernières années.

Lors de la conférence de presse de rentrée, Gérard Andreck est revenu sur ce sujet des tarifs affirmant que les annonces faites dans la presse étaient « assez proches de la réalité ». Toutefois, des inconnues demeurent. Car le dossier des revalorisations des rentes pour les victimes de la route qui pourraient peser sur les assureurs, ainsi qu’une sinsitralité encore très mauvaise en habitation, notamment sur les risques vols et incendies, pourraient encore ajouter une pression sur les tarifs.

Sans oublier qu’en santé, les répercussions du prochain Projet de loi de finance de la Sécurité Sociale (PLFSS) pourraient alourdir la facture des assureurs. Avec des hausses de dépenses de santé, les assureurs voient aussi la sinistralité se dégrader. Et l’impact attendu en forte baisse, dans la lignée de 2011, des résultats financiers ne va pas arranger les choses. Cité par l’AFP, Lotfi Elbardhadi de Standard and Poor’s estime de son côté que le ratio combiné devrait être stable. Avec l’effet crise sur le pouvoir d’achat des assurés et la concurrence sur les produits d’appel tel que l’assurance auto pourraient largement modérer cette hausse. Le flou persiste encore.