Système d’information : À la recherche de la simplification

À l’heure où la digitalisation est devenue une donnée cruciale à prendre en compte dans la refonte des systèmes d’information, les assureurs tentent de simplifier au maximum leur SI et la manière de conduire les projets. Covéa, lancée dans un projet d’unification des système de ces trois marques, illustre cette volonté du secteur de rechercher toujours plus d’optimisation.

Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ? Mais faire du simple avec du compliqué peut s’avérer complexe. C’est en somme le casse-tête des directions des systèmes d’information chez les assureurs. Les systèmes hérités des années 80, 90, et même du début des années 2000 connaissent l’obsolescence programmée. Non pas qu’ils auraient été sciemment conçus pour une durée de vie limitée. Mais la donne a aujourd’hui changé. « Nous devons répondre aux nouveaux impératifs liés à l’évolution des métiers, à la réglementation et à la digitalisation », indique Olivier Barthelemy, directeur de la gouvernance des investissements à la DGTSI de Covéa.

« Les besoins d’omnicanalité ont rendu les anciens d’outils de front assez obsolètes », poursuit-il. Côté Covéa, la première brique a bénéficier de ce lifting forcé est donc le front office. Dans le cadre de ses travaux sur les systèmes d’information, la Sgam dédie ainsi un tiers de ses jours hommes à des projets liés au front office ou aux problématiques de parcours clients.

La mutuelle, lancée dans un processus d’intégration des SI de MMA, Maaf et GMF au sein d’un même système avance par opportunité. « Dans leur feuille de route, les trois marques avaient prévu d’investir dans de nouveaux outils de CRM marketing et opérationnel pour répondre au besoin d’omnicanalité. Nous avons saisi l’opportunité pour réfléchir à troquer les outils faits maisons et aller vers une plateforme digitale. Les discussions sont en cours avec un éditeur de logiciels ». Ce simple basculement du fait maison vers la solution externe permettrait à Covéa de drastiquement réduire le nombre de plateformes qui composent son système d’information. Aujourd’hui, elle en compte plus de 1.000. Un logiciel de marché pourrait lui permettre d’en remplacer près de 300 en un seul outil.

Cette mise en commun des projets des trois marques pilotée par la Sgam découle de la nouvelle approche souhaitée par Covéa. « Nous avons créé une gouvernance informatique qui permet un pilotage plus fin et cohérent entre la stratégie lourde qui demande l’aval de la direction générale et les changements tactiques qui ne nécessitent pas nécessairement de remonter jusqu’au comité de direction ». Cette nouvelle organisation vise à décloisonner les projets menés par chacune des marques ou émis par les différents métiers du groupe, mais qui pouvaient profiter à l’ensemble de la Sgam.

Retrouvez Olivier Barthélémy, le 12 juin, à l’occasion d’une matinée organisée par News Assurances Pro sur le thème suivant : Digitalisation et refonte des systèmes d’information. Programme et inscription à retrouver ici.