Solvabilité II : La révision de 2020 pourrait perturber les ratios de solvabilité des assureurs

Le siège de la commission européenne

Dans son dernier document de consultation, l’Autorité européenne des assurances et des pensions professionnelles (EIOPA) propose de multiples suggestions sur presque tous les aspects de Solvabilité II. L’objectif déclaré de l’EIOPA est que la revue 2020—excluant la révision du calcul du risque des taux d’intérêt—ait un impact équilibré sur les assureurs en Europe.

Il nous semble effectivement important d’éviter que des changements drastiques n’entrainent de fortes baisses des ratios de solvabilité et créent des incertitudes quant aux besoins en fonds propres des assureurs. Or nous pensons que les mesures phares de révision pourraient augmenter les exigences en fonds propres des assureurs, lesquels seront obligés de mettre à jour leurs objectifs stratégiques en terme de ratio règlementaire, de gestion du capital et de politique de dividende.

Nous estimons que l’impact cumulé des trois mesures les plus importantes de L’EIOPA (risque de taux, dernier point liquide (LLP) et l’ajustement pour volatilité (VA)), sur le ratio de solvabilité II pourrait être de 30 à 70 points de pourcentage en moyenne par pays (avant effet de diversification). Pour certains assureurs-vie, l’impact pourrait selon nous dépasser 100 points de pourcentage et les assureurs-vie avec des engagements garantis à long terme seront les plus touchés, ce concerne particulièrement l’Allemagne, les Pays-Bas et les pays nordiques.

En revanche, certaines propositions pourraient également être bénéfiques, comme celles ayant trait au risque de catastrophe ou à la charge pour risque immobilier. Une réduction éventuelle de la marge de risque des 6% actuels – une demande récurrente des assureurs – serait également positive pour le ratio de solvabilité d’un assureur, bien que l’EIOPA n’ait fait allusion à aucun changement sur ce front.

Nous soutenons la finalité de la revue de Solvabilité II, qui permet d’évaluer si les hypothèses de calcul actuelles sont appropriées. L’environnement macroéconomique est aujourd’hui très différent de celui qui prévalait lors de l’introduction de Solvabilité II en janvier 2016 et nous pensons essentiel de mieux refléter les taux d’intérêt négatifs dans le calcul des risques de taux d’intérêt et de mieux calibrer la VA dans fonction de l’exposition sous-jacente.

Dans l’ensemble, nous attendons un impact limité sur nos notations de l’examen de Solvabilité II. En effet, notre opinion de la capitalisation des assureurs se fonde principalement sur notre modèle de capital, sauf si nous déterminons qu’il existe un risque important de manquement aux exigences de fonds propres réglementaires. En outre, les assureurs ont des positions de solvabilité saines sur moyenne. Selon le rapport de stabilité financière de l’EIOPA de décembre 2019, le ratio Solvabilité II pour tous les types d’assureurs (vie, non-vie et composites) était en moyenne supérieur à 200% au deuxième trimestre 2019.

Cependant, nos notes sur les instruments hybrides pourraient être affectées. Si le ratio de solvabilité d’un émetteur devait fortement baisser en raison des changements de Solvabilité II, nous pourrions réduire les notes hybrides pour refléter le risque accru de non-paiement des coupons.

Taos Fudji, Directeur, S&P Global Ratings

Que pensez-vous du sujet ?