Social : Grève à la Macif sur la question des salaires

Siège Macif

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté lundi devant le siège de la mutuelle Macif à Niort, en parallèle à un mouvement de grève en protestation contre des révélations sur l’augmentation du PDG, et sur fond de négociations salariales, selon des sources concordantes.

Une partie des manifestants, qui comptaient parmi eux des salariés de la Macif, d’autres filiales du groupe comme Apivia, Mutavie, mais aussi des sociétaires dont plusieurs “gilets jaunes”, ont brièvement investi le hall du Pôle sud-ouest du groupe, a constaté une correspondante de l’AFP. Une délégation a été reçue par une représentante de la direction.

Les quelque 700 personnes, selon la déléguée CGT-Macif Véronique Métais, se sont rassemblées le temps d’un mouvement de grève, prévu de 10H00 à 12H00. Celui-ci a été fortement suivi, a assuré la syndicaliste, qui a aussi évoqué une forte mobilisation dans d’autres régions, mais pas encore de retour national chiffré. Le service de communication de la Macif, contactée par l’AFP lundi matin, n’avait pas réagi en milieu d’après-midi.

Les syndicats CGT, CFDT, FO, CFE-CGC avaient appelé les salariés de la mutuelle niortaise à un mouvement de grève lundi dans toutes les agences Macif, et à un rassemblement à Niort, la CGT évoquant une “tension sociale à son comble” accrue par la révélation récente, dans le Canard Enchaîné, sur l’indemnisation du PDG, et alors que se déroulent les négociations annuelles obligatoires sur les salaires. La CGT réclame 8% d’augmentation générale pour rattraper les retards accumulés, quand la direction “propose généreusement 0%”. Le syndicat dénonce aussi des sous-effectifs chroniques, “des changements spectaculaires” dans le quotidien des salariés, dont une augmentation de 11,5% du temps de travail sans compensation à la hauteur, selon la CGT, dans un nouvel accord d’entreprise que le syndicat n’a pas signé.

Mercredi dernier, Le Canard a révélé que le conseil d’administration avait voté en décembre une revalorisation de 62,5% de l’indemnisation annuelle du président du groupe Macif, Alain Montarant, la portant à 260.000 euros. Dans un communiqué, M. Montarant a répliqué que le conseil d’administration “assume totalement ses décisions” et que “plusieurs facteurs” ont conduit à celle sur l’indemnisation des administrateurs et du président: notamment “un comparatif des rémunérations des dirigeants des groupes mutualistes”, une “dynamique positive développement” depuis 2015, et un “élargissement de (ses) responsabilités”.

Pour Priscilla Colin (élue CFDT), le cas est “la goutte d’eau qui fait déborder le vase”, dans un groupe au “ton durci”, que “salariés comme sociétaires ne reconnaissent plus comme une entreprise mutualiste”.