Santé : La Mutualité satisfaite du rapport de l’Igas sur les centres de santé

Dentiste

Le rapport sur les centres de santé rendu par l’Inspection des affaires sociales a retenti au sein de la mutualité française. En effet, les mutuelles qui sont gestionnaires de ces centres, attendent dorénavant que l’Assurance maladie engage des négociations sur le financement de ces structures.

Mardi 23 juillet, l’Inspection des affaires sociales (Igas) a rendu un rapport sur les centres de santé intitulé “situation économique et place dans l’offre de soins de demain”. Ce rapport a été commandé par la ministre des affaires sociales et de la santé, Marisol Touraine. Il met en lumière le financement obsolète des centres de santé. En l’occurrence, il propose, en plus d’un paiement à l’acte pour les soins, le versement d’un forfait pour tout ce qui touche aux actions à caractère public et social.

Pour que ce rapport trouve écho en pratique, il faut que l’Assurance maladie ouvre des négociations avec les centres de soins. Pour l’instant, aucune date n’est fixée.

LA FNMF pousse pour une négociation avec l’Assurance maladie

La FNMF (qui compte parmi les centres de soins médical, dentaire, infirmier et polyvalent) salue la qualité du travail réalisé et souligne dans un communiqué de presse “ce rapport pointe une fragilité structurelle du modèle économique des centres, leur mode de financement étant fondé sur un fonctionnement libéral isolé et donc inadapté à une structure d’exercice regroupé. Pour la Mutualité Française, il est important de valoriser la spécificité des centres de santé, par un « forfait de gestion », un « forfait de coordination médicale », un « forfait d’accompagnement social », qui sont la contre partie nécessaire de maintien du financement à l’acte. La mise en œuvre des propositions du rapport implique maintenant un réel engagement de l’assurance maladie pour mener, dès la rentrée 2013, la négociation sur l’évolution de l’accord national des centres de santé.”

La difficulté de financement des centres de santé ne date pas d’hier. Beaucoup ont du mal à tenir l’équilibre. Les centres médicaux et polyvalents sont à la recherche de complément de recettes à hauteur de 14% de leur budget. Les centres dentaires et infirmiers cherchent à récolter + 6% de leur budget.