Résultats 2022 T3 : L’ouragan Ian affecte Swiss Re

Le siège de Swiss Re
Le siège de Swiss Re.

Le réassureur Swiss Re a émis mardi un avertissement sur ses résultats pour le troisième trimestre: il s’attend à une perte d’environ 500 millions de dollars (507 millions d’euros) face aux coûts de l’ouragan Ian.

Le groupe suisse d’assurance pour les assureurs estime aux environs de 50 à 65 milliards de dollars les dommages assurés liés à cet ouragan qui s’est abattu sur Cuba et le Sud-Est des Etats-Unis fin septembre, a-t-il indiqué dans un communiqué.

La part qu’il va prendre en charge se monte dans un premier temps à 1,3 milliard de dollars, a-t-il ajouté. Ces estimations sont toutefois encore incertaines et pourront être encore ajustées au fur et à mesure que les demandes de dédommagements sont évaluées,
a souligné Swiss Re.

Le groupe zurichois précise qu’il est peu probable que le retour sur capitaux propres atteigne 10% en 2022 comme visé, compte tenu des catastrophes naturelles mais aussi de la guerre en Ukraine et de la volatilité des marchés financiers. Il reste toutefois confiant sur les perspectives à moyen terme.

Selon le groupe, il est également peu probable que sa division de réassurance dommages atteigne son objectif au niveau du ratio combiné, un indicateur clé dans le secteur, utilisé pour mesurer la rentabilité des assureurs. A 9H22 GMT, l’action Swiss Re grimpait toutefois de 0,66% à 73,76 francs suisses, les pertes pour le trimestre étant moins fortes que redouté. En début de séance, le titre a gagné plus de 2,35%, alors que le SMI, l’indice de référence de la Bourse suisse, s’inscrivait pour sa part en hausse de 0,27%.

Simon Foessmeier, analyste chez Vontobel, s’attendait à une facture plus élevée, aux environs “de 1,5 milliard de dollars”, a-t-il chiffré dans un commentaire boursier. Si les frais de dédommagements de 1,3 milliard de dollars pour cet ouragan sont “élevés” ont concédé de leur côté les analystes de Jefferies, ils “ne sont pas surprenants”, ont-ils jugé, même s’ils se sont dits déçus que le groupe ne parvienne pas à atteindre son objectif de ratio combiné.

“A notre avis, l’ampleur des demandes de dédommagements pour l’ouragan Ian et la faiblesse sous-jacente des marges de Swiss Re sont une autre indication claire que les prix vont devoir augmenter substantiellement lors des renouvellements de contrats à venir en janvier”, ont-ils considéré dans un commentaire de marché.

Que pensez-vous du sujet ?