Résultats 2019 T2 : Munich Re confirme ses objectifs

Le géant allemand de la réassurance Munich Re a annoncé mercredi un résultat net en nette augmentation pour le second trimestre, du fait de moindres catastrophes naturelles, sans pour autant relever ses prévisions annuelles.

D’avril à juin, le munichois, dont le cœur de métier est d’épauler les assureurs contre les risques qu’ils encourent, a engrangé un résultat net part du groupe de 992 millions d’euros, le plus élevé depuis quatre ans, contre 723 millions d’euros un an plus tôt, a-t-il détaillé.
Les analystes interrogés par le prestataire de services Factset avaient eux misé sur un résultat net de 903 millions d’euros.

Le résultat d’exploitation s’affiche lui à 1,57 milliard d’euros, en hausse de 57% sur un an, alors que 2018 avait été nettement plus lesté par les remboursements liés aux catastrophes naturelles ou causées par l’homme. Sur le trimestre écoulé, le réassureur a dû dépenser 202 millions au titre de sinistres supérieurs à 10 millions d’euros, principalement liés à des tornades et gros orages aux États-Unis, contre une charge de 605 millions sur la même période de l’année passée.

Dans l’assurance primaire, la marque Ergo a dégagé un bénéfice en hausse, à 135 millions d’euros sur le trimestre, tiré par la branche vie-santé. Côté dommages, les frais ont surtout concerné les violents orages de grêle qui se sont abattus le lundi de Pentecôte sur l’Allemagne. Pour le groupe, les rentrées de primes ont totalisé 11,8 milliards d’euros, soit une hausse de 5,5% sur un an grâce à la branche réassurance. “Nous sommes bien sûr très satisfaits de dégager le bénéfice trimestriel le plus élevé des quatre dernières années”, a déclaré le patron de Munich Re, Joachim Wenning, dans un communiqué.

Le groupe en reste à sa prévision initiale d’atteindre un bénéfice net de 2,5 milliards d’euros cette année et de 2,8 milliards d’euros l’an prochain. Pour les entrées de primes brutes, l’équivalent du chiffre d’affaires dans le secteur de l’assurance, il vise toujours 49 milliards d’euros en 2019.