Résultats 2018 T2 : Bénéfice net en léger retrait pour Munich Re

Logo de Munich Re
Failed connect to public.newsharecounts.com:443; Connection refused

Le géant allemand de la réassurance Munich Re a fait état mercredi d’un bénéfice net au deuxième trimestre en léger retrait sur un an, en dépit d’importantes catastrophes d’origine humaine, et s’est dit une bonne voie d’atteindre ses objectifs annuels.

D’avril à juin, le groupe de Munich, dont le coeur de métier est d’épauler les assureurs contre les risques qu’ils encourent, a dégagé un bénéfice net part du groupe de 724 millions d’euros, contre 729 millions l’an dernier, et en situant en-dessous des 735 millions d’euros attendus par un panel d’analystes interrogés par le prestataire de services financiers Factset. Les rentrées de primes, l’équivalent du chiffre d’affaires dans le secteur de l’assurance, ont totalisé 11,19 milliards d’euros, soit une baisse de 5,2% sur un an, en raison d’effets de change défavorables et du non renouvellement de gros contrats dans la réassurance, sa principale division.

Le résultat d’exploitation(Ebit) s’affiche à 997 millions d’euros, en baisse annuelle de 14%, ce qui résulte d’importants remboursements de 501 millions d’euros au titre de catastrophes d’origine humaines, principalement liés à des avaries sur le chantier de construction d’une centrale hydroélectrique géante en Colombie, et contre une charge de 187 millions d’euros à trimestre comparable l’an dernier.

Les catastrophes naturelles ont en revanche moins pesé sur les comptes du trimestre, avec 104 millions d’euros de remboursements, principalement en raison de gros orages aux Etats-Unis en juin. Sur six mois, le bénéfice atteint près d’1,6 milliard d’euros, ce qui fait que le groupe est “en bonne voie pour atteindre (l’)objectif de bénéfice entre 2,1 et 2,5 milliards d’euros pour l’ensemble de l’année”, a déclaré Joachim Wenning, PDG du groupe, cité dans un communiqué.

Pour les entrées de primes brutes, l’équivalent du chiffre d’affaires dans le secteur de l’assurance, il vise toujours entre 46 et 49 milliards d’euros pour l’année. Munich Re veut se désengager de ses activités dans le charbon, que ce soit en matière d’assurance ou d’investissements sur les marchés de capitaux, en raison de la transition énergétique en cours du fait du réchauffement climatique, a annoncé lundi son patron dans la presse, sans être précis sur le calendrier de ce retrait.