Résultats 2018 : Bénéfice net en hausse pour Swiss Re

le siege de Swiss Re

Le réassureur suisse Swiss Re a publié jeudi un bénéfice en hausse de 27% pour 2018, mais qui reste inférieur aux attentes, à 421 millions de dollars (371 millions d’euros), malgré d’importants frais pour couvrir les désastres et catastrophes naturelles.

Les analystes interrogés par l’agence suisse AWP tablaient en moyenne sur un bénéfice net de 608 millions de dollars. L’année 2018 a été la quatrième année la plus coûteuse pour le secteur selon ses relevés, qui suivent l’évolution des catastrophes et désastres depuis 50 ans, a rappelé dans un communiqué le groupe suisse, qui fait office d’assureur pour les assureurs.

La facture, bien que moins lourde qu’en 2017, ne s’en est pas moins élevée à 3 milliards de dollars, a chiffré le groupe qui avait déjà averti mi-janvier que le quatrième trimestre serait marqué par de lourds coûts de dédommagements.

En 2018, les frais liés aux catastrophes naturelles se sont élevés à 2,2 milliards de dollars, sous le poids notamment des typhons Jebi et Trami au Japon et des ouragans Florence et Michael aux États-Unis, tandis que les désastres engendrés par l’Homme se sont chiffrés à 800 millions de dollars, a détaillé Swiss Re, qui a notamment évoqué la perte d’un satellite et un incendie industriel en Allemagne.

A ces frais s’est ajouté l’impact d’un changement dans les normes comptables dites US GAAP, utilisées par de nombreux grands groupes, qui modifie la façon dont sont évalués ses investissements. En excluant l’impact de cette réforme, son bénéfice net se serait élevé à 894 millions de dollars, a précisé le groupe. Lors des renouvellements de contrats début janvier, les volumes des primes se sont accrus de 19%, atteignant 10 milliards de dollars, les prix augmentant de 1%.

Pour 2018, le réassureur va relever son dividende à 5,60 francs suisses par action, contre 5 francs suisses l’année précédente. Lors de son assemblée générale annuelle, il va également proposer un nouveau programme de rachat d’actions en deux tranches, de 1 milliard de dollars chacune. La seconde est toutefois conditionnée à l’évolution de ses surplus de capitaux, si ses résultats devaient grimper de manière significative en cas
notamment de succès de son projet pour sa filiale britannique ReAssure, qu’il espère introduire en Bourse.

Après avoir ouvert en légère baisse, l’action se redressait dans la matinée, s’adjugeant 1,33% à 98,76 francs suisses à 10H20 GMT, alors que le SMI, l’indice des valeurs phares de la place suisse, s’appréciait de 0,43%. “Les résultats de Swiss Re restent inférieurs aux attentes des marchés”, a réagi Stefan Schuermann, analyste chez Vontobel, dans un commentaire boursier, soulignant toutefois que l’augmentation du dividende, qui se pose comme un gage de confiance sur les perspectives du groupe, vient “plus que compenser”
ces chiffres “modestes” pour 2018.