Résultats 2017 T3 : Des revenus en légère baisse pour Axa

0

L’assureur français Axa a enregistré un chiffre d’affaires en léger recul sur les neuf premiers mois de l’année en raison d’une dégradation des revenus dans les activités d’assurance vie et dommages.

Entre janvier et septembre, les recettes du groupe se sont effritées de 0,5% par rapport à la même période en 2016, atteignant 75,4 milliards d’euros, a précisé le groupe dans un communiqué financier. Comme de coutume pour la publication de ses résultats sur neuf mois, l’assureur n’a donné aucun détail sur l’évolution de ses bénéfices, ni sur l’état de son activité sur le seul troisième trimestre.

Dans le détail, Axa a souffert sur les neuf premiers mois de l’année d’une dégradation du chiffre d’affaires en assurance vie, épargne et prévoyance, où les revenues se sont effrités de 0,9%, à 43,8 milliards d’euros, notamment du fait de moins bonnes performances en Italie et au Japon. Dans cette division, le volume des affaires nouvelles est resté globalement stable à la faveur d’une montée en puissance des contrats en unités de compte, et dans une moindre mesure en prévoyance et santé, qui a permis de compenser un coup de frein dans la branche Fonds général-épargne.

La marge sur les affaires nouvelles n’en ressort pas moins en petite baisse, de 0,4 point, à 39,6%. Les ventes en assurance dommage ont également été à la peine, affichant un repli de 0,2%. Le groupe met toutefois en avant qu’en excluant les effets de changes et des changements de périmètre, le chiffre d’affaires dans cette division ressort en hausse de 1,4%.

En gestion d’actifs en revanche, Axa affiche sur les neuf premiers mois un chiffre d’affaires en progression, porté entre autres par des commissions de gestion plus généreuses. Dans cette même division, la collecte nette s’est établie à 8,2 milliards d’euros contre 18 milliards l’an dernier à la même période. Elle a été portée principalement par la clientèle de particuliers de sa filiale Alliance Bernstein.

En termes de solvabilité, Axa présente à fin septembre un ratio de solvabilité II à 201%, un niveau stable comparé à fin juin.