Résultats 2017 S1 : Le cyclone Debbie grève les bénéfices de Swiss Re

Le réassureur helvétique Swiss Re a fait état vendredi d’un bénéfice net en baisse de 35% à 1,2 milliard de dollars (1 milliard d’euros) au premier semestre, plombé par le cyclone Debbie qui avait touché l’Australie fin mars.

Ses revenus ont eux baissé de 5% à 21,2 milliards alors que les primes brutes encaissées ont reculé de 8% dans un environnement toujours difficile, marqué par des pressions sur les prix, a-t-il indiqué dans un communiqué. Ses activités d’assurance dommages ont vu leur bénéfice chuter à 546 millions de dollars contre 870 millions un an plus tôt, alors que le cyclone a engendré 320 millions de dollars de demandes de dédommagement, a quantifié le groupe qui se pose comme l’assureur des compagnies d’assurance.

La facture, toutes divisions confondues, s’est montée à 360 millions de dollars. Au premier semestre l’an passé, les résultats de cette division avait en outre bénéficié d’effets de change favorables qui ne se sont pas répétés, a précisé Swiss Re. De plus, le produit des investissements a été moins élevé, face à de moindre gains sur les placements dans les titres à revenu fixe, a détaillé le groupe dans son rapport semestriel.

Fin mars, un cyclone de catégorie 4 sur une échelle de 5, accompagné de vents destructeurs et de pluies diluviennes, avait déferlé sur le Queensland, avant d’être rétrogradé en dépression tropicale. Il avait toutefois continué à déverser des trombes d’eau sur la Nouvelle-Galles du Sud, au sud du Queensland, et sur Sydney. Le ratio combiné de la division assurance dommages s’est légèrement détérioré pour remonter à 97,4% contre 97,2% un an plus tôt, reflétant la hausse des coûts.

Compte tenu des pressions sur les tarifs et les coûts liés au cyclone Debbie, le directeur général du groupe, Christian Mumenthaler, a toutefois fait valoir que ces résultats étaient « solides ». En juillet, lors de la traditionnelle vague de renouvellement des contrats, le groupe a vu le volume de primes décliner de 10%, alors que les tarifs pour l’assurance dommages ont continué de s’éroder. Les prix dans l’assurance dommages se sont dans l’ensemble stabilisés, a souligné le réassureur, tout en restant marqués par des différences significatives d’un marché à l’autre.