Résultats 2011 : Ageas remonte la pente au 1er trimestre

L’assureur belge Ageas a réussi au premier trimestre à réduire ses pertes, liées pour l’essentiel au portefeuille d’actifs hérité du passé tandis que les activités du cœur de métier affichent de bonnes performances, selon des résultats publiés mercredi.

L’ensemble du groupe a accusé entre janvier et fin mars une perte nette de 153,6M d’euros. Un an plus tôt, elle atteignait 201,1M. La société Ageas est l’héritière du bancassureur belgo-néerlandais Fortis, démantelé durant la crise financière et dont elle a récupéré un portefeuille d’actifs douteux, à la valeur très volatile. Le passif a encore été révisé au premier trimestre et réévalué de 257M d’euros.

Les activités d’assurances en revanche affichent un bénéfice de 134,5M d’euros, en hausse de 44% sur un an. Les encaissements bruts de primes ont reculé pour leur part de 3% à 4,8Mds d’euros. Le premier trimestre est « traditionnellement (…) le plus difficile », a souligné le patron d’Ageas, Bart De Smet, jugeant toutefois les résultats « encourageants ».

Dans les assurances, la reprise dans le secteur multirisques-habitation a été « quelque peu ralentie pas les mauvaises conditions météorologiques durant l’hiver », a-t-il détaillé. Mais l’évolution est « favorable » pour les assurances automobiles, et la rentabilité s’est « bien maintenue » dans les assurances vie, avec une « excellente performance » en Asie et en Europe, a-t-il assuré.

Sur cette base, Ageas a confirmé viser pour l’ensemble de l’année « un niveau d’encaissements au moins égal à 2010 », où ils avaient atteint 17,9Mds d’euros, et « une amélioration de la performance financière de nos activités d’assurance ». L’assureur a parallèlement marqué une pause dans la réduction de son exposition aux obligations souveraines de pays de la zone euro jugés fragiles par les marchés. L’exposition brute sur les pays d’Europe du sud (Grèce, Portugal, Espagne, Italie) est chiffrée à 8,7Mds d’euros, contre 8,9Mds fin 2010, et celle sur l’Irlande est inchangée à environ 600 millions d’euros.

Bruxelles, 18 mai 2011 (AFP)