Rendements 2021 : Monceau Assurances continue de se distinguer

Monceau Assurances
Monceau Assurances annonce ses taux de rendements pour l'année 2021.

Monceau Assurances dévoile des taux rendements sur ses fonds euros en hausse pour l’exercice 2021 et soulève la question de la provision pour participation aux excédents qui freine ses performances et pénalise les assurés.

Cela faisait plusieurs années que Monceau Assurances n’avait pas réuni la presse lors d’une conférence afin d’annoncer ses taux de rendements. « Les résultats financiers ont été exceptionnels et c’est pour cela que j’ai souhaité vous voir pour en parler », lance Gilles Dupin, directeur général de Monceau Assurances. En 2021, la mutuelle vie de Monceau Assurances, Capma et Capmi affiche des taux de participation aux excédents sur le fonds euros de 1,90% pour le contrat Dynavie, contre 1,20% en 2020. Pour le contrat fermé à la commercialisation Carnet Multi Épargne, elle présente une performance en hausse de 0,55 point par rapport à 2020, soit 2,15%. Enfin, le contrat Carnet Épargne, commercialisé de 1969 à 1991, atteint un taux de 1,80%, contre 1% en 2020.

Environnement favorable

Ces performances, Monceau Assurances l’impute à une stratégie de long terme mêlée à une allocation d’actifs et une gestion financière bien rodées. « Les principaux risques destructeurs du marché sont la baisse des taux d’intérêt et l’inflation », explique le président et directeur général. Afin de s’en protéger, le mutualiste a construit les portefeuilles de ses fonds euros axés vers les actions et les biens immobiliers. À titre d’exemple, les encours de Dynavie – le seul contrat ouvert à de nouvelles adhésions – était composé en décembre 2021 de 27,1% d’actions, de 14,9% de biens immobiliers (bureaux), de 38% d’obligations, de 12,1% de trésorerie et monétaire, de 6,8% convertible, de 0,7% d’or et de 0,4% d’OPCVM obligataire.

Les portefeuilles ont bénéficié du contexte favorable sur les marchés financiers. Ainsi, le fonds Monceau Global Sélection, dont l’encours avoisine 700M d’euros, confié à Varenne Capital, affiche une performance de 40,3% sur l’année, soit une hausse de 104,1% en cumul de puis 2018. Le niveau des plus-values réalisées en 2021 atteint 130M d’euros, contre 24M d’euros en 2020. De fait, le rendement comptable du portefeuille de Dynavie s’élève à 6,6%, celui du Carnet Multi-Épargne à 7% et Carnet Épargne à 6,1%, soit des taux supérieurs à ceux servis.

PPE, une décision sous contrainte

En effet, dans un monde gouverné par Solvabilité II, la diversification a un prix. Une telle composition des portefeuilles requiert un niveau de fonds propres importants au regard des besoins de marge de solvabilité, pénalisant assureurs et grignotant le rendement des assurés. Monceau Assurances s’imposait jusque 2018, une redistribution quasi-totale des plus-values réalisées.

« Tranchant avec les pratiques en vigueur jusqu’en 2018, qui conduisait à réaliser les plus-values pour les distribuer, le conseil d’administration a décidé, par prudence, de préserver les stocks constitués », explique Gilles Dupin. « Ainsi, alors que jusqu’en 2017, le stock de plus-values latentes sur les portefeuilles d’actifs des fonds euros était faible ou nul, voire en sensible moins-values les années où les difficultés boursières se sont concentrées en fin d’exercice (2008,2011 et 2018), il atteignait à l’inventaire 2021 un montant proche de 120M d’euros », peut-on lire dans le communiqué. Comparées à la valeur globale des portefeuilles, 2,5Mds d’euros, les plus-values latentes représentent alors environ 4,7%.

Préserver les principes mutualistes

Attaché aux principes mutualistes, Monceau Assurances s’inquiète d’une réglementation tournée uniquement vers la stabilité du système financier alors même que l’ACPR s’est engagée à exercer un contrôle dans l’intérêt des assurés et bénéficiaires de contrats. Le mutualiste souligne le risque de dilution des performances et surtout le risque de prélèvement sur les réserves constituées par de nouveaux souscripteurs.

« Ce risque n’est pas nouveau, et serait combattu, s’il advenait, par la fermeture du contrat aux nouvelles adhésions, comme le principe en fut déjà accepté. Dans ce cas nous ouvrirons un nouveau contrat pour les nouveaux souscripteurs afin de ne pas pénaliser les actuels adhérents », conclut Gilles Dupin. Le PDG du groupe transmettra le flambeau en juin 2022 à Jérôme Sennelier, arrivé courant 2020.

Que pensez-vous du sujet ?