Régulation : Ce que Villeroy de Galhau attend des assureurs en 2016

A l’occasion de ses premiers vœux à la place en tant que gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau a livré ses attentes vis-à-vis du secteur financier en général et de l’assurance en particulier.

Solvabilité 2

Le gouverneur de la Banque de France concède que « solvabilité 2 est perfectible ». Une petite phrase qui ravira certainement le secteur et tout particulièrement Bernard Spitz, président de la FFSA et de l’AFA. Dans un tribune publiée sur notre site, ce dernier dénonce en effet une régulation imparfaite.
François Villeroy de Galhau enjoint pour autant les les organismes à poursuivre «  leurs efforts en matière de gouvernance et de qualité des estimations et de données remises au superviseur, pour permettre un suivi adéquat des risques, en particulier ceux associés à la persistance de taux d’intérêt très bas. » Il insiste par ailleurs sur la nécessaire harmonisation des exigences de capital et des stratégies de résolution au niveau international. « La définition des groupes systémiques doit être équitable en transatlantique », conclut-il sur ce point.

Assurance vie en déshérence

L’année 2016 sera celle de « la mise en œuvre résolue de la loi Eckert sur les comptes bancaires inactifs et les contrats d’assurance vie en déshérence », a lancé le gouverneur de la Banque de France. C’est une condition indispensable pour assurer « la confiance que les acteurs économiques et l’opinion publique, les ménages et les entreprises, ont dans leur système financier », précise-t-il.

Assurance emprunteur

Là aussi, le message vaut pour les banques et les assurances. En 2016, le régulateur sera particulièrement vigilant sur la mise en œuvre de la liberté de choix dans l’assurance emprunteur et les crédits immobiliers.

Lutte contre le blanchiment

François Villeroy de Galhau attend des « assureurs comme des banquiers, une participation exemplaire à ce combat ». Un combat contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Le gouverneur annonce que de nouvelles dispositions ont été prises et son en cours de renforcement. Le 2 février, Michel Sapin, ministre des Finances, doit en effet présenter un plan d’action. Une meilleure régulation des cartes prépayées, utilisées pour préparer les attentats de novembre à Paris, fait partie des outils de Bercy.