Prudential : Tidjane Thiam ne sera pas administrateur de la Société Générale

Tidjane Thiam, le patron de l’assureur britannique Prudential, a dû renoncer jeudi au poste d’administrateur de la Société Générale offert par la banque la veille, apparemment sous la pression d’actionnaires mécontents qu’il n’entende pas se consacrer entièrement à l’acquisition d’AIA.

Mercredi, la Société Générale avait indiqué qu’elle proposerait à l’assemblée générale des actionnaires, le 25 mai, la nomination du directeur général franco-ivoirien pour une durée de quatre ans à son conseil d’administration, en tant qu’administrateur indépendant. Contre toute attente, Prudential a annoncé jeudi que son dirigeant ne « saisirait pas cette offre », un revirement rarissime dans le monde des grandes entreprises.

Dans le communiqué, M. Thiam se dit « très flatté d’avoir été choisi » pour ce poste « à la Société Générale qui est une organisation extraordinaire. Mais ma priorité absolue est de continuer à me préoccuper d’obtenir des résultats solides pour nos actionnaires, et d’assurer le succès de la transaction avec AIA, qui nous fera changer de dimension, et de la future intégration d’AIA ».

« Ainsi, je ne vais pas saisir cette opportunité », a-t-il conclu, sans autre commentaire. M. Thiam, en poste depuis fin octobre, a en effet mis 35,5 milliards de dollars sur la table ce mois-ci pour racheter AIA, la plus grosse opération jamais réalisée dans le secteur de l’assurance et qui va devoir passer notamment par une augmentation de capital assez complexe de 20 milliards de dollars. La banque « a pris acte de la décision de Tidjane Thiam de ne pas saisir l’opportunité de rejoindre le Conseil d’Administration du Groupe Société Générale ».

Elle « ne proposera pas sa candidature lors de l’Assemblée générale des actionnaires qui se tiendra le 25 mai 2010 », a-t-elle simplement déclaré dans un communiqué jeudi après-midi, tandis que, du côté de Prudential, on insistait bien sur le fait que la décision du directeur général n’était en aucun cas liée à des dissensions avec la banque. De sources concordantes, le dirigeant semble plutôt avoir été contraint à renoncer sous la pression de certains actionnaires, qui ont jugé que l’opération AIA était suffisamment gigantesque et compliquée pour qu’il n’aille pas se consacrer à d’autres activités tant qu’elle n’est pas bouclée.

Le quotidien britannique The Times avait révélé jeudi le mécontentement de ces actionnaires, évoquant pour certains — non cités — leur réaction « furieuse ». Prudential avait pourtant bien insisté mercredi sur le fait que le patron ne consacrerait qu’une partie très limitée de son temps à Société Générale. Les administrateurs indépendants de la banque sont supposés assister à au moins cinq réunions du conseil d’administration par an.

M. Thiam, 47 ans, diplômé des plus prestigieuses écoles françaises (Polytechnique, Mines, INSEAD), est arrivé au Royaume-Uni en 2002 chez le grand concurrent de Prudential Aviva, où il a terminé sa carrière comme directeur général pour l’Europe. Il est ensuite devenu directeur financier de Prudential en 2008 avant de prendre la direction du groupe en 2009.

Londres, 18 mars 2010 (AFP)