Pacte de responsabilité : les réactions dans le secteur de l’assurance

L’annonce de l’embauche de 38.000 personnes ne laisse personne indifférent dans le secteur de l’assurance. La plupart des syndicats et organismes représentatifs accueillent l’accord positivement, même si certaines voix dissonantes se font entendre. Tour d’horizon des principales réactions sur le sujet.

AFA

L’Association française de l’assurance qui regroupe la FFSA et le Gema salue “une signature importante obtenue dans un contexte difficile qui traduit une volonté commune d’avancer concrètement et de s’engager dans la durée. Nous sommes heureux que le dialogue social dans notre branche ait ainsi prouvé son efficacité et sa maturité.”

CFDT Assurances

Le principal syndicat du secteur de l’assurance évoque “un accord prometteur. Les engagements concrets de cet accord vont dans le sens des revendications de la CFDT en matière d’emploi, de compétitivité…, et renforcent l’idée que la performance sociale est aussi un levier de la performance économique.”

CFE-CGC

Le syndicat a annoncé qu’il signerait l’accord. “Au terme de discussions qui laissaient notre organisation pessimiste sur l’issue d’un accord, et contre toute attente, lors de la séance de négociation du 1er décembre, la situation s’est débloquée. Des engagements concrets ont été pris par la FFSA et le GEMA. C’est le signe d’une volonté politique d’aboutir côté patronal. Cet engagement de recrutement constitue donc un point substantiel positif.”

FO Assurances

Pour FO Assurances, le constat est en revanche amer. “C’est une arnaque”, lance Jean-Simon Bitter. “Ces annonces sont bien en deçà des recrutement normalement opérés dans le secteur de l’assurance et s’inscrivent dans la perspective d’une baisse des effectifs. Ce serait mentir de dire que cela conduit à la création d’emplois.”

Pour rappel, l’accord prévoit l’embauche de 38.000 personnes d’ici 2017. Le nombre d’alternants devrait grimper à 5000 en 2017 et les entreprises s’engagent à transformer au moins 20% des contrats d’alternance en CDI. La signature de la CFDT suffirait à valider l’accord puisque le syndicat représente 30% des salariés. Elle devrait intervenir en début de semaine prochaine selon l’AFP.