Mutuelles : MGEN et Harmonie esquissent les contours de l’UMG

VIDEOS/INFOGRAPHIE – Ce mardi 19 avril, le groupe MGEN et Harmonie Mutuelle ont présenté les contours de l’UMG qui regroupera ces deux poids lourds de la Mutualité Française.

MGEN-Istya-Harmonie, ce nom « n’est pas sexy et pourrait changer » de l’aveu même de Joseph Deniaud, président d’Harmonie Mutuelle, mais il matérialise les avancées opérées sur la mise en place de l’UMG entre Harmonie Mutuelle et le groupe MGEN. « La fabrication du groupe est accomplie », lance en préambule Joseph Deniaud. Le démarrage opérationnel devrait intervenir au début de l’automne prochain une fois le dossier validé par l’ACPR et l’Autorité de la concurrence et après les Assemblées générales des différentes mutuelles impliquées dans le regroupement.

Trois dirigeants effectifs

La question de la gouvernance a été arrêtée. L’UMG aura trois dirigeants effectifs. Joseph Deniaud brigue la présidence. François Venturini, actuel directeur général d’Harmonie Mutuelle sera le directeur général de l’UMG. « Il s’y consacrera exclusivement », a souligné Thierry Beaudet, président du groupe MGEN. Enfin, Jean-Louis Davet, directeur général du groupe MGEN, hérite du poste de directeur général délégué. Il conservera ses fonctions au sein du groupe présidé par Thierry Beaudet. Ce dernier devrait obtenir un fauteuil de vice-président, « comme n’importe quel président de mutuelle associée dans l’UMG », a-t-il annoncé, et moins prenant au regard de ses ambitions concernant la présidence de la Mutualité Française.

Une UMG, une UGM et une SSAM

Concrètement, le regroupement s’articule autour d’une UMG prudentielle réunissant Harmonie Mutuelle, la MGEN, la MNT, Mgefi, Mare-Gaillard et Harmonie Fonction publique. A côté est créée une UGM non combinante autour de trois pôles :

  • Un pôle retraite composé de La France Mutualiste
  • Un pôle santé réunissant la MAEE, Agrume et Pavillon Prévoyance
  • Un pôle action sociale autour de la MDD, de la Mutuelle de l’Insee et de la Masfip

Un quatrième pôle baptisé union des Services de soins et d’accompagnement mutualistes (SSAM) pilotera les activités du Livre III des mutuelles. « Cette SSAM concrétise notre ambition de devenir un acteur global de la santé, précise Joseph Deniaud. Elle aura ses propres moyens et comptera une cinquantaine ou une soixantaine de collaborateurs ».

Comme prévu, au sens de solvabilité 2, l’UMG sera le vaisseau amiral de toute la structure. Elle pilotera la stratégie globale du groupe et si les mutuelles conservent le main sur leurs stratégies propres, ces dernières seront soumises à l’avis ou à l’accord de la structure faitière. Au-delà de la gouvernance de tête, l’UMG démarrera opérationnellement avec 200 personnes qui s’y consacreront.

« Il ne s’agit pas d’une UMG de défense. Notre ambition est bien de nous développer », explique François Venturini. L’UMG aura ainsi en charge le développement et la diversification des activités de ses membres. Elle interviendra sur la partie grand collectif en santé, sur la retraite, l’épargne, la prévoyance, la dépendance et l’IARD, ou encore le développement de nouveaux services et de l’offre de soin.

Pour l’heure, l’UMG n’accueille pas de nouveaux membres. Mais une fois sur les rails, elle ne s’interdit pas de s’ouvrir en utilisant l’UGM comme sorte d’antichambre.

L’UMG en chiffres