Mutuelle : Nouveau départ pour la LMDE ?

Mardi 12 mai se tenait l’assemblée générale de la LMDE. L’adossement à la CNAMTS pour l’activité de régime obligatoire et le partenariat avec Intériale pour celle de régime complémentaire ont été actés.

La LMDE a donc voté la reprise de ses activités de gestion régime obligatoire par la Caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés. La mutuelle étudiante devrait toutefois conserver les missions de prévention et d’affiliation.

Ce transfert d’activité pose la question du niveau des remises de gestion accordées par l’Assurance maladie au titre de la gestion du régime obligatoire. En 2014, elles s’élevaient à 52 euros par étudiant. Elles devraient logiquement fortement se réduire. Quant aux salariés de la LMDE en charge de ces activités, ils devraient passer sous le giron de la CNAMTS sans licenciement.

Parallèlement, la LMDE a choisi de voter pour le projet présenté par la mutuelle Intériale qui vise à remplacer la MGEN. Cette dernière avait décidé de stopper son plan d’adossement au mois d’octobre dernier. Intériale fera donc office de mutuelle substituante. Elle était seule en course pour devenir porteuse de risque après le retrait de la MNT la semaine dernière. “L’Assemblée générale se félicite du lancement de ces deux chantiers qui représentent un nouveau départ pour la LMDE”, indique l’Unef dans un communiqué.

La mutuelle devrait conserver une centaine de salariés et restera une mutuelle de plein exercice indique par ailleurs l’Unef. La prochaine étape pour la LMDE est une audition par l’Autorité de contrôle (ACPR) le 29 mai prochain. Elle demandera à cette occasion la levée de l’administration provisoire prononcée le 3 juillet dernier. Anne-Marie Cozien, ancienne directrice générale d’Unéo avait alors été nommée administratrice à titre provisoire.

Ces annonces arrivent au moment où le défenseur des droits publie un rapport sur la santé des étudiants dans lequel le LMDE est largement épinglée. Problème de cartes vitales inutilisables, délais d’affiliations trop longs, défaut de prise en charge à 100% pour les étudiants souffrant d’ALD… les témoignages qui émaillent le rapport sont édifiants pour les mutuelles étudiantes.

La coïncidence entre la sortie du rapport et l’assemblée générale de la LMDE n’a pas manqué de faire réagir Catherine Procaccia, sénatrice UMP du Val-de-Marne et fervente défenseur d’une réforme du système des mutuelles étudiantes.

Découvrez le rapport ci-dessous