Marchés : Le rejet de l’offre de RSA ne plait pas aux grands actionnaires d’Aviva

Aviva

Plusieurs grands actionnaires de l’assureur Aviva sont mécontents que celui-ci ait rejeté la proposition de rachat de ses activités d’assurance de dommages émanant de son rival RSA, et vont faire pression pour qu’il revoit sa position, rapporte mardi le Financial Times.

Lundi, Aviva avait confirmé que RSA avait proposé fin juillet de racheter ses activités d’assurance de dommages (assurances auto, habitation…) au Royaume-Uni, en Irlande et au Canada pour 5Mds de livres (plus de 6Mds d’euros), une offre que son conseil d’administration a aussitôt rejetée à l’unanimité.

Aviva avait justifié le rejet de l’offre de RSA en affirmant que son modèle d’activité dit composite, associant assurance de dommages et assurance vie, était la meilleure voie à suivre. Mais RSA a répondu en défendant son offre, soulignant qu’Aviva était le dernier grand assureur britannique à avoir maintenu un tel modèle, et que cela pesait sur sa valeur boursière.

Le quotidien britannique assure que plusieurs actionnaires majeurs d’Aviva lui ont confié qu’ils étaient persuadés que vendre les activités en question créerait plus de valeur, et ont laissé entendre qu’ils feraient pression sur le groupe afin qu’il reconsidère sa décision. Euan Stirling, directeur de l’investissement de l’assureur Standard Life, qui détient 2,8% d’Aviva et 4% de RSA, a ainsi déclaré au quotidien que « si RSA revenait avec une offre légèrement améliorée, légèrement relevée, Aviva devrait répondre plus sérieusement ».

LONDRES, 17 août 2010 (AFP)