Les grands chantiers 2010 de l’Amrae

Les traditionnelles Rencontres de l’Amrae, l’Association pour le management des risques et des assurances de l’entreprise, qui se sont ouvertes hier à Deauville, ont fait le plein en réunissant plus de  1700 participants, risk managers en entreprise, ainsi que leurs courtiers, assureurs, conseils et avocats.

Les points forts de ces Rencontres, placées sous le thème de « Nouveau monde, nouveaux risques », sont leur contenu scientifique, avec l’organisation d’une trentaine d’ateliers sur des thématiques techniques, et  les rencontres avec des nombreux partenaires, favorisées par les réceptions dans les nombreuses « hospitality suites » ou les cocktails, comme le rappelle le président de l’association Gérard Lancner.

C’est également l’occasion pour les risk managers de rappeler les grands enjeux de leur profession. La volonté de cette association dont les 735 membres font partie essentiellement du SBF 120, est de s’ouvrir davantage aux entreprises du Middlenext, confrontées elles aussi à des problématiques de gestion des risques, et qui sont de plus en plus nombreuses à frapper à la porte de l’Amrae.

Autres sujets, la 8ème directive de la corporate gouvernance, dont les conditions d’application sont en cours de discussion, ainsi que le dispositif du Gareat, que les risk managers souhaitent « remettre à plat ». Ce dispositif de garantie du terrorisme, mis en place en urgence en 2001 par les pouvoirs publics, est jugé trop peu flexible et trop coûteux par les risk managers. « Nous entrons en discussions avec les assureurs et les réassureurs de la FFSA et avec les pouvoirs publics pour faire évoluer le système, précise Gérard Lancner.

L’Amrae travaille également avec la CSCA sur la thématique de la rémunération des courtiers. A cet égard, l’association européenne, le Ferma, vient d’élaborer un projet de position avec le Bipar, sur la transparence des rémunérations. Une position que partage également l’Amrae, qui juge cependant que la transparence ne doit pas être obligatoire, mais que les détails en doivent être fournis sur demande.